La Fender Cabronita : un rêve, un concept, une guitare

6th Dec 2013 | 10:37

La Fender Cabronita : un rêve, un concept, une guitare
Cabronita

Cabronita! Back in Black

C’est peut-être la Tele la plus revêche et la plus teigneuse qui ait jamais été fabriquée, mais Mike Eldred, du Custom Shop de Fender, est fier de ce rejeton difficile à qui il a donné le jour sous le nom de Cabronita. Dans cet article, il nous raconte comment des micros eBay et de vieux profils de manche l’ont aidé à créé cette enfant terrible.




La Fender Cabronita : un rêve, un concept, une guitare
Cabronita
Mike Eldred : Directeur du Département Custom Shop de Fender et père de la Cabronita

D’où est venue l’idée de la Cabronita ?

"Eh bien, après avoir joué de la Tele une bonne partie de ma vie, je voulais créer un instrument qui aille en quelque sorte à contre-courant de ce qu’une Tele classique se doit d’être. Je voulais quelque chose de plus agressif. Le meilleur moyen de décrire cette idée est de s’imaginer une réunion de famille dans laquelle tout roule jusqu’à ce que débarque le cousin perturbateur, celui qui fout toujours le bordel. Je voulais concevoir une guitare qui ait ce type de caractère, une guitare qui ne se fonde pas dans le décor et qui constitue un challenge pour les habitués de la Telecaster.

Il me semble que j’ai commencé à travailler dessus en 2007. C’est là que j’ai vraiment commencé à penser à l’idée d’un instrument qui soit plus agressif. Ça c’était l’idée de départ. J’ai commencé par faire des essais avec divers éléments : des micros de types différents pour voir ce qui fonctionnerait bien sur le plan du son. J’étais très intrigué par les micros japonais, les micros Tiesco et les lo-fi (d’entrée de gamme) purs et durs. Les vieux micros américains aussi, comme les Harmony et les Silverstone. Je ne pense pas que toutes les possibilités de ce type de micros aient été exploitées jusqu’à présent. Ils ont un son frais, et vous savez, si vous les utilisez en conjonction avec différents types de bois et de manche, vous pouvez vraiment façonner un son tout à fait différent.

En fait, chez moi j’ai une des Tele qu’on a utilisées comme prototypes. On lui avait collé un micro Tiesco dessus qu’on avait acheté chez eBay. En position manche il sonnait à merveille. C’est toujours le cas, d’ailleurs. En fait, je faisais déjà ce genre d’expérience quand j’étais chez Charvel. J’ai une guitare quelque part (faudrait d’ailleurs que j’arrive à y mettre la main dessus) qui avait un micro DeArmond en position chevalet. Mais c’est un travail un peu bâclé parce que j’ai dû percer un trou pour l’y installer. Puis je l’ai plusieurs fois déplacé en avant, en arrière, pour trouver l’endroit idéal. C’était il y a longtemps, quand je travaillais encore chez Charvel."

La Fender Cabronita : un rêve, un concept, une guitare
Cabronita
Une histoire de forme

Et ce style hors-la-loi, ça lui vient d’où ?

"Je suis aussi un accroc des bagnoles, et un motard. J’ai trois motos Triumph et j’aime bien les motos de type Bobber (moto de style rétro personnalisée - ndj), tu vois ? En regardant cette guitare, j’ai compris qu’elle serait aussi conçue dans cet esprit-là, mais qu’elle serait un peu plus épurée, qu’elle aurait un look plus brut. Un peu comme si elle avait été fabriquée dans un atelier de fortune, un garage, tu vois ?"

La Fender Cabronita : un rêve, un concept, une guitare
Cabronita
La Cabronita Custom Shop possède un bois d'une clarté rare

Et en ce qui concerne le manche, est-ce que vous avez fait des essais avec les profils mastoc des années 50 afin de reproduire le look de l’époque ?

"Les gens sont toujours en train de changer les micros et des trucs comme ça, mais si tu veux vraiment obtenir un son différent, c’est le manche qu’il faut changer."

"Ce que beaucoup de gens ne semblent pas réaliser c’est le rôle important que joue le manche dans la sonorité d’une guitare. Les gens sont toujours en train de changer les micros et des trucs comme ça, mais si tu veux vraiment obtenir un son différent, c’est le manche qu’il faut changer. En ce moment on travaille avec Nile Rodgers et le manche de sa guitare est petit et fin. Mais si tu joues d’une Nocaster, par exemple, là le manche est vraiment énorme. Pareil sur une guitare originale de ’54, le manche est de bonne taille.

Je savais donc que je voulais un manche qui soit assez conséquent, sans pour autant être trop imposant. On en avait un avec un profil en C qu’on avait fabriqué pour l’un des prototypes et qui restituait un son différent. Les deux livraient des sons similaires mais celui-ci apportait une rondeur qui était vraiment cool pour les médiums.

En plus ça me paraît vraiment accentuer le rôle du micro Filter’Tron. Voilà ! C’est comme ça qu’on est arrivés à ce résultat. Elle possède un radius de 24,13 cm (9,5 pouces) et des frettes 6105. Tu peux vraiment te donner à fond avec ça."

La Fender Cabronita : un rêve, un concept, une guitare
Cabronita
Les micros TV Jones de style Filter'Tron constituent la signature sonore de la gamme Cabronita

Qu’est-ce qui a fait que cette guitare s’est retrouvée avec des micros Gretsch de style Filter-Tron ?

"Je voulais des micros de type humbucker qui possèdent un son sensiblement différent de celui d’une Tele classique."

"Je voulais des micros de type humbucker qui possèdent un son sensiblement différent de celui d’une Tele classique. On avait déjà placé des Filter’Tron sur des Tele auparavant (il n’y a pas tant de différence que ça), mais on a pensé que cette combinaison sonnerait à merveille sur cette guitare. Et ça a super bien marché. Elle sonne vraiment bien et les Fideli’Tron sur lesquels on travaille actuellement (voir page 90)… man ! Ces micros sonnent vraiment vraiment de façon superbe. Il faut juste passer un peu de temps à trafiquer tout ça.

Et comme je le disais, on a essayé différents micros sur cette guitare et on continuera à faire des expériences avec des micros différents. Mais pour cette guitare de la série Cabronita, on voulait vraiment en faire quelque chose comme ça. Ça ne change pas, c’est toujours la même chose pour chaque modèle.

"Cette guitare sonne vraiment différente de toutes les autres. C’est ce qui fait le cœur de sa personnalité."

Il y a ensuite la question du câblage. C’est un câblage avec un switch qui s’avère être un élément important pour ce modèle à deux micros. Il y a des gens qui passent à côté de ça, mais quand j’ai donné le premier prototype qu’on avait réalisé à John Mayer (et son équipe) et que je leur ai expliqué le système de câblage, ils se sont mis à paniquer. Son ingé’ son a dit ‘Ouah ! C’est cool’.

C’est parce que j’ai abordé le sujet du point de vue du musicien mais aussi du point de vue de l’ingé’son qu’on peut le placer dans un registre de fréquences différent. C’était ça le but ultime pour cette guitare depuis le tout début.

Je porte en quelque sorte un regard de peintre sur cette guitare. Si vous avez du bleu, du jaune, du vert, du rouge et un seul pinceau… vous pouvez sans doute peindre un tableau sympa, mais si vous avez toute une gamme de pinceaux spécialisés à votre disposition (des sons de guitare distincts), vos jeux de lead possèderont un caractère complètement différent de ce que vous pourrez trouver partout ailleurs.

C’est un peu comme si on ajoutait de nouvelles possibilités à la palette de sonorités d’un musicien. Cette guitare sonne vraiment différente de toutes les autres. C’est ce qui fait le cœur de sa personnalité."

La Fender Cabronita : un rêve, un concept, une guitare
Cabronita

Est-ce que l’opinion de musiciens comme John Mayer sur de nouvelles guitares s’avère quelquefois utile ?

"Ben, John est un de mes amis et c’est aussi souvent ma caisse de résonance ! Il est fou de matos, et en plus c’est un expert des sonorités, tu vois. C’est un gars qui approfondit vraiment. J’adore John parce qu’il va entrer dans un studio et enregistrer une chanson comme Gravity ou un truc dans le genre avec une certaine guitare, et ce sera cette même guitare qu’il utilisera sur scène pour la même chanson. En tant qu’artiste, c’est vraiment une preuve d’intégrité. Parce que c’est cette guitare qu’il entend. C’est pas juste ‘Ouais, c’est bon, ça sonne bien en studio et pour les concerts je verrai ce qui fait le plus classe’. C’est pas son genre. Il prête vraiment l’oreille à la musique et aux sonorités.

Du coup je l’utilise comme caisse de résonance ! Et quand je lui ai donné la guitare, je voulais vraiment savoir ce qu’il en pensait. Je voulais lui montrer ce que je faisais et lui dire ce que je pensais du switching, des sons et de tout ça.

Mais ce qui s’est passé c’est que, quand j’ai donné la guitare à John, Chad Franscoviak (le producteur de John) en a voulu une aussi, puis ça a été le tour de David Ryan Harris, et ça n’en finissait plus. Keith Urban s’en est procuré une, puis quatre ou cinq !

Billy Gibbons aussi. Je lui en ai donné une pour qu’il l’essaie et il l’a adorée parce que la sonorité du circuit Greasebucket (qui permet de jouer des aigus sans pour autant percevoir une accentuation des fréquences basses) était axée sur le style Gibbons et sur la façon dont il appréhende le contôle de tone. C’est aussi le look qu’il utilise sur beaucoup de ses guitares, et l’idée de ma Cabronita n’a pas été pour lui déplaire."

La Fender Cabronita : un rêve, un concept, une guitare
Cabronita

Est-ce qu’il vous a été difficile de convaincre les gens de chez Fender que la Cabronita avait le potentiel de devenir un modèle de guitare mainstream ?

"Je pense qu’ils se sont rendu compte que c’était un modèle populaire, mais le truc, c’est qu’avec le Custom Shop, on peut sortir un modèle, le mettre sur le marché ou le présenter à un évènement, le vendre, et ça va vite. C’est un procédé rapide. Mais pour certaines gammes de produits comme Squier ou pour les productions standard, le projet s’étend sur de longues périodes de plusieurs années. Du coup, on réalise quelquefois un projet dont la gamme décide de se charger elle-même, et ça prend du temps avant de pouvoir sortir le fameux produit.

Je crois que c’est la question de planning sur la durée qui nous a parue être le plus gros challenge, parce qu’on aura réalisé un projet et que les autres vont finalement le copier avant qu’on puisse le sortir sur le marché (mainstreaming)."

La Fender Cabronita : un rêve, un concept, une guitare
Cabronita

Pour en revenir au Custom Shop, est-ce que vous avez eu beaucoup de demandes pour des Cabronita avec des couleurs personnalisées ou des éléments différents ?

"Ouais, on a des gens qui nous demandent certaines choses, des petits trucs. Ou on a Yuriy Shishkov qui a réalisé une Cabronita incrustée de diamants pour le NAMM show et qui a utilisé le concept de cette guitare pour faire de cette ado agressive un objet d’élégance d’une grande beauté. C’est plutôt cool. Il a complètement retourné l’idée d’un instrument à peine dégrossi dans l’autre sens. Mais ça n’a pas été quelque chose qui lui a été dicté ; c’était ce qu’il voulait faire. Il y a aussi des gens qui nous contactent et qui nous disent ‘Je voudrais ceci ou cela’. Mais on a quand-même tendance à protéger le concept d’ensemble de la Cabronita, du coup, parfois on refuse de le faire."

La Fender Cabronita : un rêve, un concept, une guitare
Cabronita

Okay, c’est quoi le prochain projet alors ? De nouveaux modèles de Cabronita ou quelque chose de complètement nouveau ?

"Ouais, je fais en sorte de créer une nouvelle Cabronita tous les deux ans. Je le fais systématiquement parce que je tiens à en faire une famille d’instruments. Et je veux vraiment utiliser ce concept, secouer un peu tout ça parce que c’est un modèle qui n’est pas fabriqué à grande échelle au Custom Shop. On fabrique quelque chose comme 30 exemplaires et en un rien de temps il n’y en a plus. Par exemple on a conçu la ‘Gato Gordo’ maintenant qui est essentiellement constituée d’un corps de Jaguar repensé façon Cabronita.

La cabronita 'Gata Gordo'

J’ai donc pris une Fender Jaguar, je l’ai regardée de plus près et je me suis dit ‘Ouah ! c’est une guitare vraiment intéressante : plein de switchs à disposition et plein de sonorités différentes’. Je ne possède pas de Jaguar moi-même parce que c’est une guitare à diapason court, et c’est pas mon style tu vois ? Mais en regardant la forme du corps, je me suis dit qu’elle était plutôt cool en fait. Alors pourquoi ne pas en faire une guitare à diapason 25,5’’ comme la Cabronita, et l’appeler Gato Gordo. Un gros chat, en espagnol. Et c’est ce qu’on a fait : avant je n’aurais jamais joué d’une Jaguar, mais je jouerais bien de celle-là maintenant.

Je pense qu’il y a matière à expérimenter avec certains styles de corps qui ont été conçus par le passé. Ces guitares-là se retrouvent enfermées dans un carton et les gens n’en jouent pas tant que ça, en fait. Comme la Jazzmaster par exemple. Elle reste là dans son coin de Jazzmaster… mais le corps de cette guitare a un style sympa qui pourrait être mis à profit pour en tirer autre chose : lui ajouter un Floyd Rose et un P-90 peut-être et voir ce que ça donne ?

J’ai bien l’intention de continuer dans ce sens, à repousser les limites et confronter les gens à des instruments repensés. Mon intention n’est pas de contrarier ou d’irriter les gens, mais c’est ce qui arrive parfois et ça les fait finalement réfléchir. Ils finissent par regarder de plus près et peut-être par penser, ‘C’est pas vraiment ce qu’elles sont supposées être ou faire mais c’est plutôt cool, en fait."

La Fender Cabronita : un rêve, un concept, une guitare
Cabronita

Est-ce tu penses que l’intérêt montant pour la modification de guitares te donne plus de liberté en matière d’expérimentation ?

"Les gens ont certaines attentes, surtout quand il s’agit de Fender, Gibson, Rickenbacker, par exemple. Du style, c’est comme ça que ça se fait au Custom Shop, c’est fabriqué comme ça. Et quand tu essaies de repousser les limites, ça provoque des réactions du style ‘Hum, je suis pas sûr d’aimer’. Il faut vraiment faire attention et ne pas aller trop loin non plus sinon les gens risquent de ne pas vouloir en entendre parler.

En ce moment je travaille entre autres sur des instruments pour David Hidalgo, du groupe Los Lobos, et notamment sur une version baryton de la Cabronita qui va être vraiment cool. Ça lui donne juste un autre son, mais elle ne sonne pas (juste) comme une autre baryton. Il y a quelques années, en tout cas, ça n’aurait pas été aussi facile de faire accepter ce type de modification. Maintenant les gens commencent à avoir une approche différente. Beaucoup de petits fabricants commencent à regarder ça de plus près et à accepter cette mutation. Ils se disent ‘Ouah ! On peut peut-être essayer des trucs nouveaux. Au lieu de copier une Strat ou une Tele, on peut peut-être faire quelque chose d’un peu différent’."

La Fender Cabronita : un rêve, un concept, une guitare
Cabronita
Petit dictionnaire de la Cabronita

D’où lui vient son nom ? Apprenez à parler le Cabro-nais grâce à notre dictionnaire anglais-français-Fender

"Au tout départ, quand l’idée de la Cabronita a germé dans nos esprits, je voulais que la première campagne de pub soit en espagnol, ou en tout cas en ‘Espaglish’. Mais j’ai rencontré une certaine résistance au sein de la compagnie, c’est pourquoi la première pub n’était que partiellement en espagnol", nous explique Mike Eldred. "On cherchait un nom pour cette guitare et on s’amusait à en essayer de toutes sortes, et il me semble que la première pub disait ‘la guitarra es fuerte y mala’, ce qui signifie en gros ‘bad and loud’, ou ‘teigneuse et tapageuse’. C’est ce côté rebelle, je crois, qui attire les gens."

Depuis lors, toute une série de Cabronita sont nées de l’écurie Fender et se sont toutes vu attribuer des noms au caractère dissident qui ne sont pas tout à fait issus d’un dictionnaire espagnol classique. Mike nous aide à faire la traduction des termes suivants…

Cabronita n. (familier) - Quelqu’un de querelleur, difficile

"En fait je voulais appeler la guitare ‘petite salope’, mais bon, ça se fait pas, tu vois… Quand tu traduis ça, ça donne vraiment Cabronista. On a donc changé l’orthographe et on en a fait Cabronita… qui ne veut en fait rien dire, mais les gens savent de quoi il en retourne".

Luchador n. - Boxeur, lutteur

"La Strat est un Luchador : ça nous est venu parce que j’avais emmené Billy Gibbons (de ZZ Top) voir un match de lutte mexicaine à Mesa, en Arizona, un soir. J’étais ‘Ouais, c’est plutôt cool’".

Especial adj. - Spécial

"Cabronita fait référence au concept d’ensemble, mais quand on parle de Tele, ça devient une Especial".

Boracho/Boracha nmf - Un soûlard, une soûlarde

"Les Boracho et Boracha (versions basse et Jazzmaster, respectivement, à tête inversée) sont un soûlard et une soûlarde parce que leurs têtes sont inversées, à l’envers et bizarres !"

Porrazo n. – coup, cognement, bruit sourd

"La basse Precision est une Porrazo, ce qui se traduit par ‘coup’".

Share this Article
Google+

Most Popular

Edition: FR
TopView classic version