La dynastie des Semi

19th Feb 2013 | 16:37

La dynastie des Semi
Rickenbacker 360/12
1964

Les designs que Roger Rossmeisl a conçus pour Rickenbacker favorisaient l’approche corps creusé plutôt qu’un dos, des éclisses et un dessus distincts.

La série Capri, en ce qui la concerne, est née en 1958 (la Lennon-esque y compris), et se targue d’avoir eu ses 12 cordes pincées par les doigts de George Harrison dès 1964, quelques mois à peine après la création de son prototype.

L’approche corps creusé est de nos jours une procédure utilisée par de nombreux fabricants (PRS, Collins, Taylor et d’autres encore), bien que, si ce style bien propre à Rickenbacker de coller le dos sur le dessus creusé a été adopté par d’autres compagnies, on n’est pas au courant : la plupart des fabricants collent le dessus sur le dos creusé !

La dynastie des Semi
Gibson ES-335
1958

Gibson avait déjà utilisé un corps de guitare plus mince avant la 335, mais ce tout nouveau design à double pan coupé possédait une section centrale solide (constituée d’un bloc érable, d’un kerfing épicéa et d’un bloc talon acajou) sous sa table acajou stratifié.

Avec les micros et le chevalet montés sur du bois massif, elle fonctionnait en partie comme une solid body, et en partie comme une hollow body. Elle a également engendré la ES-345 et 355. Les Starfire de Guild des années 60 ont représenté une variation de ce format d’une immense popularité aux USA, tout comme, bien entendu, les guitares Hofner – semi et fully hollow – qui ont dominé l’Europe dans les années 50 et 60.

La dynastie des Semi
Danelectro U1
1956

Nat Daniel, de son côté, a commencé à fabriquer des solid body en 1954 pour le compte de Sears.

Dès 1956, il avait mis en œuvre la fabrication danoise classique d’une hollow body dont la structure est essentiellement faite d’Isorel / de bois, mais sans ouïes. La Gretsch Duo Jet (1953), à son lancement, avait quant à elle un corps dont la chambre de résonnance n’était que partiellement creusée.

Non seulement cela a permis à la guitare d’être facile à gérer en termes de poids, mais ça a aussi contribué à améliorer sa sonorité. Il y a aujourd’hui beaucoup de guitares qui se servent de cette fabrication pour de tels résultats.

La dynastie des Semi
Gretsch 6120 Chet Atkins
1955

Quant à Gretsch, il s’était déjà lancé dans la fabrication de guitares semi-acoustiques à pan coupé dès 1951, mais c’est avec le concours de Chet Atkins (le contrat fut signé en 1954) et avec la Hollow Body 6120 signature qui a suivi, accompagnée de son vibrato Bigsby, que les choses ont vraiment démarré.

La White Falcon, parue cette même année, était elle aussi d’un calibre exceptionnel. Le son et le look de la Gretsch lui ont ouvert les portes du rockabilly où elle s’est trouvée chez elle tout ce temps. Et la Gretsch Jet Firebird 1963 à caisse de résonnance de Malcolm Young a aussi beaucoup fait pour la guitare rock par le truchement d’AC/DC.

La dynastie des Semi
Gibson Byrdland
1955

C’est l’une des premières guitares semi-acoustiques thinline de Gibson parues en 1955.

D’une longueur réduite de 23,5 pouces, la L5-CES avait un corps aminci de 2 ¼ de pouces (la longueur originale étant de 3 3/8). Les guitaristes Billy Byrd et Hank Garland sont à tenir pour responsables du nom de ce modèle.

Durant cette même année, cette guitare a également engendré le modèle ES-350T, moins cher mais qui est en contrepartie une véritable hollow body thinline. Elle a été immortalisée par Chuck Berry, bien que ce dernier soit maintenant principalement associé à sa ES-335 rouge.

La dynastie des Semi
ES-175
1949

Suite à l’introduction révolutionnaire de l’ES-5 trois micros, la ES-175 donna le ton à la guitare jazz à pan coupé en pointe (florentine).

Au départ, elle n’était équipée que d’un seul P-90, puis elle s’est est vu rajouter un autre P-90, et est devenue en 1957 la toute première guitare à être munie des nouveaux humbuckers PAF de Gibson. La ES-175 est également au cœur de la fabrication de la ES-295, bijou inestimable dont jouait Scotty Moore, le célèbre guitariste d’Elvis.

La dynastie des Semi
Les Paul "Log"
1946

Elle n’a jamais été commercialisée sans section centrale solide et les ***ailes du corps bombé (archtop wings)*** collées. Le premier prototype de Les Paul a non seulement lancé la solid body électrique, mais également lancé la semi-acoustique de type ES-335 thinline.

Les savait qu’une solid body aurait plus de sustain qu’une hollow body, et du coup la solution était évidente. Mais Gibson n’était pas de la même opinion, et il a fallu attendre 1952 pour qu’ils s’accordent sur un design qui allait paraître sur le marché. Cette Gibson Les Paul, d’ailleurs, ne s’est pas trop mal débrouillée.

La dynastie des Semi
Gibson ES-150
1936

Il se trouve en fait que la première guitare électrique au monde qui ait été commercialement viable est également la première véritable semi-acoustique.

Cette corps bombée populaire de Gibson a d’abord été équipée d’un micro manche avant de se retrouver entre les mains de ce pionnier du jazz-blues qu’était Charlie Christian. C’est le modèle qui a déclenché cette innovation en termes de guitare électrique de la part de Gibson, et qui a finalement conduit à la Les Paul, la ES-335 et à tout le reste. En 1942, le micro avait évolué pour devenir le P-90 tel qu’on le connaît aujourd’hui.

La dynastie des Semi
La dynastie des Semi
On retrace l’histoire de la guitare semi-acoustique

En fait, c’est un concept qui remonte aux années 30.

Le développement de cette période de l’histoire de la guitare électrique est franchement fascinant, et c’est sans parler du plaisir des yeux. On lève le voile sur la manière dont ces guitares, réputées pour compter parmi les plus grandes de tous les temps, en sont arrivées à ce stage…

Share this Article
Google+

Most Popular

Edition: FR
TopView classic version