Jeff Bridges : les 10 albums qui ont changé ma vie

14th Aug 2014 | 08:45

Jeff Bridges : les 10 albums qui ont changé ma vie
Jeff Bridges : les 10 albums qui ont changé ma vie
Cumulant des talents d'acteur plusieurs fois récompensé, de producteur, de chanteur et de songwriter, Jeff Bridges parle de quelques-uns de ses disques préférés

Il faut le reconnaître, Jeff Bridges sait vraiment s'y prendre quand il s'agit d'organiser ses activités estivales sans oublier d'en garder le meilleur pour la fin. En effet, le projet qu'il nourrit depuis maintenant 20 ans, une adaptation cinématographique du roman culte de science-fiction 'Le passeur' ('The Giver' en VO, dans lequel Jeff Bridges joue aux cotés de Meryl Streep et tient également le rôle de producteur) fera sa sortie dans les salles américaines ce vendredi 15 août (sortie prévue le 27 août en France). La semaine suivante, Jeff Bridges partira en tournée avec son groupe de rock country The Abiders.

Ce groupe de cinq musiciens, dont le nom fait référence à l'une des nombreuses répliques célèbres de Jeff Bridges dans le film culte The Big Lebowski (1998), est constitué de l'acteur/musicien au chant, à la guitare et au clavier, de Chris Pelonis (guitare, clavier, chant), Tom Lackner (batterie), Randy Tico (contrebasse) et Bill Flores (pedal steel). Leur tournée de 11 concerts, qui démarre le 22 août prochain à Hammond (Indiana, USA), constitue les premières scènes du groupe dans le Mid-Ouest et sur la Côte Est des États-Unis.

"C'est une nouvelle expérience qui va être fun",annonce Jeff Bridges à MusicRadar. "Je n'ai encore jamais fait de tournée dans le Mid-Ouest et sur la Côte Est, et je suis impatient de m'y rendre. La seule fois où j'ai joué à New York, c'était à l'occasion de la tournée Speaking Clock que mon pote T Bone Burnett avait organisée il y a quelques années de ça. Je me suis produit sur scène avec Leon Russell, Elton John, Elvis Costello et T Bone. C'était vraiment top, comme tu peux l'imaginer".

Depuis le film Crazy Heart (2009), pour lequel il a été récompensé et dans lequel il joue le rôle de Bad Blake, un chanteur de country autrefois célèbre qui vivote de ses anciens succès dans des salles miteuses, Jeff Bridges a commencé à consacrer plus de son temps à la musique. Il sort un album éponyme en 2011 qui est très bien reçu par la critique (et qui fait suite à son premier album solo de 2000, Be Here Soon). Si le public perçoit cette seconde carrière derrière un micro comme un à-côté récent de moindre importance, il faut pourtant savoir que Jeff Bridges a toujours été musicien.

"La musique a toujours été là pour moi, quoi qu'il arrive", déclare Jeff Bridges. "Et il y a des occasions où film et musique se rejoignent de façon géniale. Le film le plus empreint de musique pour moi a été Crazy Heart, évidemment. Un autre de mes préférés a été The Fabulous Baker Boys. Il m'est arrivé de chanter des morceaux çà et là et de jouer de la guitare dans certains films. Je me rends compte que, dans un film, c'est à des aspects créatifs différents de ma vie que je fais appel. Et la musique permet aussi de faire des connaissances différentes sur le plateau. Tu y découvres d'autres acteurs qui jouent aussi de la guitare. Jouer ensemble et apprendre à se connaître par le biais de la musique est un moyen très sympa d'établir une connexion et de communiquer."

Sur le sujet de la connexion, il va s'avérer difficile de faire mieux que l'expérience qui attend Jeff Bridges à l'occasion de la soirée d'ouverture de sa prochaine tournée. Ce soir-là, il sera en effet accompagné d'une artiste très particulière : sa fille Jessie. "Ça ça va être super cool", s'enthousiasme Jeff Bridges. "Jessie était mon assistante sur le plateau de trois films, ce qui nous a permis de nous retrouver de cette manière, et maintenant on a une autre chance de travailler ensemble. Ces dernières années, elle a fait l'ouverture de mes concerts et a joué avec le groupe. On passe de super moments ensemble".

Dans les pages suivantes, Jeff Bridges, qui nous prépare un album live des concerts de The Abiders, se prononce sur les "10 albums qui ont changé sa vie". Pour obtenir les dates de concert de Jeff Bridges And The Abiders, cliquez sur ce lien.

Jeff Bridges : les 10 albums qui ont changé ma vie
Bob Dylan – Blonde On Blonde (1966)

"Bob Dylan n'est pas une mince affaire ! Man, j'adore Blonde On Blonde. Quel album extraordinaire, d'un bout à l'autre ! Je suis bien sûr fan de tous ces disques, en fait. Je suis Dylan depuis le tout début, tout son répertoire folk puis son passage à l'électrique, Highway 61 Revisited, et tout le reste. C'est impressionnant.

Je suis vraiment impatient que le New Basement Tapes sorte bientôt. Sam Jones vient d'ailleurs de tirer mon portrait pour le documentaire qu'il réalise à ce sujet. Ce sera donc un film traitant du nouvel album, mais qui apportera également des informations sur le premier Basement Tapes. Il me tarde".

Jeff Bridges : les 10 albums qui ont changé ma vie
Moondog – Moondog (1969)

"Moondog était un personnage vraiment à part. C'était un gars qui était aveugle, qui s'habillait en Viking et qui se tenait toujours au coin de la même rue à New York. Il me semble que c'était au coin de 60th Street et d'Avenue Of The Americas.

Je me rappelle l'avoir vu quand j'étais gosse. Je devais avoir autour de 11/12 ans. Il était posté en face de l'Hôtel Hilton à distribuer des flyers du style 'Venez-voir mon concert'. Chaque fois que j'allais à New York, d'année en année, il était là, qu'il pleuve ou qu'il vente. Je parle maintenant d'une période où je devais avoir entre 12 et 25 ans.

Un jour que je me trouvais dans un magasin de disques, j'ai vu sa photo sur la couverture d'un album. Je l'ai pris et j'ai regardé les notes qui l'accompagnaient. Devinez qui les avait écrites ? Leonard Bernstein ! J'ai acheté l'album et je l'ai écouté. C'est une musique moderne très avant-gardiste. Absolument fascinante. Il s'était fabriqué ses propres instruments et jouait ses propres compositions. Je suis vraiment fan de beaucoup de ce qu'il a fait. T Bone a incorporé un peu de sa musique à The Big Lebowski".

Jeff Bridges : les 10 albums qui ont changé ma vie
Loggins And Messina – Full Sail (1976)

"C'est sur Full Sail que j'ai gagné le coeur de ma femme dans les années 70. On s'est rencontrés à Montana en 1974 sur le tournage du film Rancho Deluxe. Peu de temps après la fin du film, je suis retourné à Montana et je l'ai ramenée avec moi à Los Angeles. Nous ne nous sommes jamais quittés depuis. Ce disque est un peu la musique d'ambiance sur laquelle on est tombés amoureux.

Oh, et le plus marrant c'est que je me suis retrouvé à acheter la maison de Kenny Loggins. C'est un peu comme la cerise sur le gâteau."

Jeff Bridges : les 10 albums qui ont changé ma vie
The Everly Brothers – The Fabulous Style Of The Everly Brothers (1960)

"Mon frère Beau est mon aîné de huit ans, du coup, en grandissant, c'est la musique qu'il a commencé à écouter qui a accompagné mon enfance : Chuck Berry, Buddy Holly, et bien évidemment The Everly Brothers.

Ils ont sorti tellement de super chansons et d'albums incroyables ! Je me rappelle que dans Songs Our Daddy Taught Us, il y avait de super prises. Je pense que The Fabulous Style est une réédition. Je ne sais pas quel était son titre d'origine, mais il y a certaines de mes chansons préférées dessus. J'ai toujours aimé le son de la guitare sur la chanson Claudette".

Jeff Bridges : les 10 albums qui ont changé ma vie
Talking Heads – Stop Making Sense (1984)

"The Talking Heads étaient carrément phénoménaux. Ils ont eu le même impact sur moi que les Beatles. Ils avaient quelque chose de vraiment rafraîchissant et de différent, et bien sûr leurs chansons étaient un véritable ravissement pour mes oreilles.

Le film que Jonathan Demme a tourné de leur concert m'a complètement épaté. J'ai vu le groupe en concert à Los Angeles sur cette tournée (c'était au Greek Theatre ou au Hollywood Bowl, je ne sais plus vraiment) et je me suis éclaté du début à la fin. La barre avait été placée très haut pour l'occasion. Ça a donné une autre perspective sur la manière dont les concerts peuvent être filmés et présentés".

Jeff Bridges : les 10 albums qui ont changé ma vie
The Beatles – Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band (1967)

"À l'époque où j'étais ado, The Beatles sortaient constamment des nouvelles chansons. À un moment donné, on aurait dit qu'ils sortaient une chanson par semaine. Et leurs faces B étaient aussi cool que leurs faces A. C'était incroyable.

Pour les albums, c'était pareil. Ils les sortaient l'un après l'autre. Mais tout d'un coup, le laps de temps entre la sortie des albums est devenu plus important. On était tous dans l'expectative de ce qu'ils allaient sortir, et quand ils ont sorti Sgt. Pepper, ça ne ressemblait vraiment à rien de ce qu'on avait pu entendre auparavant, et à rien de ce que The Beatles avaient déjà réalisé. Un disque et un accomplissement phénoménaux".

Jeff Bridges : les 10 albums qui ont changé ma vie
Jeff Bridges – Be Here Soon (2000) and Jeff Bridges (2011)

"Ils ont bien évidemment changé ma vie, les deux pour des raisons différentes. Pour le premier, il s'agit de plusieurs choses séparées qui se sont regroupées pour prendre corps ensemble. Je m'étais installé à Santa Barbara où j'ai fait la rencontre de mon super pote Chris Pelonis. On a produit le disque ensemble, lui, Michael McDonald et moi.

Je voulais transformer mon vieux garage en studio d'enregistrement, et Chris a décidé de m'aider. C'est un spécialiste du design sonore. Il m'a demandé si je jouais d'un instrument et je lui ai répondu que oui. C'est là qu'il m'a dit 'Oh, tu devrais faire la connaissance de mon pote Michael McDonald'. En un rien de temps, on s'est retrouvés à enregistrer un disque et à créer le label Ramp Records.

La réalisation du second disque a été une super expérience. Travailler avec mon pote T Bone et tous ceux qui y ont participé s'est révélé être un épisode remarquable".

Jeff Bridges : les 10 albums qui ont changé ma vie
The Jimi Hendrix Experience – Are You Experienced (1967)

"Tout le monde voulait jouer comme Jimi Hendrix après la sortie de cet album. Ou essayer de jouer comme lui. C'est l'un de ces disques qui, comme Sgt. Pepper, ont plus ou moins tout changé. C'est marrant qu'ils soient sortis pratiquement à la même période.

J'adore la version de Sgt. Pepper que Jimi a jouée en Angleterre deux trois jours après que le disque des Beatles soit sorti. Je crois que les Beatles étaient là quand il est monté sur scène et l'a jouée. Il a époustouflé tout le monde avec ça".

Jeff Bridges : les 10 albums qui ont changé ma vie
The Byrds – Untitled (1970)

"Celui-là est un double album. Une moitié a été enregistrée live et l'autre moitié en studio. En choisissant cet album en particulier, je n'ai aucune intention de froisser David Crosby [qui avait été viré du groupe en 1967]. Je suis un de ses plus grands fans, et j'adore sa participation au groupe The Byrds. C'est un très bon pote.

Il y a quelque chose qui m'a interpelé dans la combinaison de ce groupe. J'adore écouter le jeu aux doigts de Clarence White, man. J'adore. The Byrds a toujours été un groupe important pour moi. Leur musique des débuts, à l'époque où ils reprenaient Dylan, était fantastique, tout comme les disques qui ont suivi".

Jeff Bridges : les 10 albums qui ont changé ma vie
Bill Evans – Everybody Digs Bill Evans (1959)

"Le personnage que je jouais dans The Fabulous Baker Boys idolâtrait Bill Evans. Je connaissais un peu la musique de Bill avant de tourner le film. J'adorais Kind Of Blue, l'album de Miles Davis sur lequel joue Bill, mais j'ai surtout commencé à vraiment apprécier le jazz après mon expérience sur le plateau des Baker Boys.

[Le réalisateur du film] Dave Grusen et le directeur Steve Kloves sont de grands fans de jazz, et ils m'ont fait découvrir des tas de super disques, notamment Everybody Digs Bill Evans. Il y avait quelque chose qui faisait penser que Bill était en train d'émerger en tant que bandleader. Sur ce disque, il y a une des chansons, Peace Piece, dont je peux jouer une version un peu bâtarde. C'est véritablement une chanson superbe".

Share this Article
Google+

Most Popular

Edition: FR
TopView classic version