Matt Sorum : Les 10 albums qui ont changé ma vie

10th Mar 2014 | 12:35

Matt Sorum : Les 10 albums qui ont changé ma vie
Matt Sorum: les 10 albums qui ont changé ma vie

Matt Sorum se tourne résolument vers de nouveaux horizons avec ce second album solo, Stratosphere. Le titre d'ouverture, The Sea, puise dans un son de cordes en acier et se teinte de style Americana. Il y a aussi cette ballade, 'Josephine', que bercent des pianos et des cordes élégiaques ou encore les grandes orgues du morceau final... L'album consiste en une collection de titres country à cent lieues du hard rock des Guns N'Roses, des Velvet Revolver et de The Cult mais dont les frappes robustes et parfaitement maîtrisées de Sorum donnent toute l'impulsion. Un bel album...

"J'ai toujours aimé les compositeurs comme Joni Mitchell et Neil Young. Ce sont des artistes qui sont capables de vous entraîner dans un monde d'émotion profonde." explique-t-il. "Sur cet album, les morceaux s'articulent autour des guitares acoustiques et des pianos. Je crois que c'est ce qui leur donne ce son si intimiste. Je cherchais à faire quelque chose qui partait du coeur ; quelque chose que je pouvais interprêter avec confiance à ce stade de ma vie."

Sorum admet volontiers que ses fans seront sans doute surpris de le voir jouer de la gratte, planté sur le devant de la scène, à la place du chanteur. Mais, il s'empresse d'ajouter que le chant a toujours fait partie du tableau. "J'étais souvent le seul du groupe à pouvoir chanter juste, à l'exclusion du chanteur lead, bien sûr !", s'exclame-t-il. "Les harmonies et les deuxièmes voix retombaient souvent sur moi. D'ailleurs, j'ai grandi au milieu des voix, ma mère était prof de chant."

Matt Sorum a enregistré Stratosphere chez lui, dans son studio, durant la majeure partie de l'année dernière. Il a voulu créer un album qui s'écoute et se réécoute. Il aimerait que cet album fasse écho aux albums de sa jeunesse. "Nous sommes trop stimulés, aujourd'hui. C'est difficile de se concentrer sur une chose en particulier. On saute d'un truc à l'autre. Quand j'étais gamin, je passais toute une journée à écouter un album. Il y avait quelque chose de profondément humain. Plusieurs personnes avaient travaillé dessus. Ensemble, ils découpaient la bande. Les écouter, c'était un peu comme les regarder faire. Si je réussis à rendre un peu de cela et faire partager à quelqu'un cette expérience, alors j'aurai atteint mon but."

L'album Stratosphere de Matt Sorum sortira le 11 mars prochain. Vous pouvez le commander par avance à partir de ce lien. Les pages suivantes se proposent d'offrir une liste des 10 albums qui auront transformé la vie de Matt Sorum. Et pas n'importe quel album, vous verrez !

Matt Sorum : Les 10 albums qui ont changé ma vie
Black Sabbath – Paranoid (1970)

"Quand ce morceau, Paranoid, est sorti, il a bouleversé tout le monde. Tous les gamins voulaient s'y essayer à la guitare. C'était comme Smoke On The Water, il fallait le connaître par coeur !

Personne avait jamais rien entendu de pareil dans ma rue. C'était sombre, lourd. C'était aussi le niveau que tout le monde s'était donné d'atteindre. Je suis devenu un grand fan de Black Sabbath ; eux et les Deep Purple. Je les écoutais beaucoup plus que Led Zeppelin même si c'était un groupe que j'adorais aussi. J'écoute encore cet album aujourd'hui. Et, bien sûr, il y a Iron Man qui est un classique. C'est énorme ! "

Matt Sorum : Les 10 albums qui ont changé ma vie
Led Zeppelin – Led Zeppelin II (1970)

"C'est le seul album des Led Zep que j'ai acheté. C'était l'album qui les a fait percer aux Etats-Unis. Bien sûr Zeppelin I avait Good Times Bad Times. On l'entendait parfois, mais c'est Led Zeppelin II qui les a vraiment propulsés au top.

Cet album possède des morceaux absolument essentiels : Heartbreaker, Moby Dick, Whole Lotta Love. Quand j'ai entendu Moby Dick pour la première fois, ça m'a ouvert un monde totalement nouveau en tant que batteur. Je le trouvais absolument génial ! Meilleur album de tous les temps ! Je n'arrêtais pas de l'écouter. C'était la pièce maîtresse de ma collection.

Quand j'étais au lycée, tout le monde écoutait Led Zeppelin. Y'avait pas de Justin Beber ! Y'avait pas de musique pour les mômes, pas de MTV, pas de iTunes. Seulement Led Zeppelin. Il y avait toute une mystique autour d'eux. Tu pouvais pas aller trouver des trucs sur Twitter. J'emportais Zeppelin II à l'école. Je le montrais à mes potes et on discutait de Atlantic Records et des producteurs derrière l'album. Qui parle de ce genre de truc aujourd'hui ?"

Matt Sorum : Les 10 albums qui ont changé ma vie
Roxy Music – Avalon (1982)

"Je dirais que c'était l'album qui a eu le plus de succès, en tout cas aux Etats-Unis. Avalon est magnifiquement enregistré et possède un son épique que l'on ne retrouve pas sur les albums précédents.

La voix de Bryan Ferry est tout à fait captivante. L'album a apporté une sensibilité nouvelle au rock glamour qui nous venait de Grande Bretagne. A l'époque, je commençais seulement à diversifier les trucs que j'écoutais et cet album m'a ouvert sur de nouveaux sons et textures.

La composition est parfaite. Je parle des musiciens et des parties, de la manière dont les morceaux se suivent. C'était une expérience d'écoute unique."

Matt Sorum : Les 10 albums qui ont changé ma vie
Ultravox – Vienna (1981)

"J'ai ensuite commencé à écouter différents groupes britanniques. J'étais à la recherche de nouveauté. J'ai écouté Kraftwerk un moment, à l'époque où je tapais dans la new wave. Et puis, je suis tombé sur Ultravox. Il y avait un son d'une brutalité unique et d'une grande crédibilité. C'était pas juste des trucs électroniques kitch."

"La voix et les paroles de Midge Ure me parlaient tout à fait. J'ai complètement trippé sur Vienna. J'écoutais ça, sans arrêt. Cet album et Avalon m'exposait à des styles de musiques totalement différents."

Matt Sorum : Les 10 albums qui ont changé ma vie
Genesis – The Lamb Lies Down On Broadway (1974)

"J'avais deux potes à l'école qui étaient dingues de Genesis. Ils me faisaient écouter leurs albums en fumant des joints. Un de ces potes avait un système quadraphonique et on écoutait plein de trucs là-dessus.

C'est l'un de ces premiers albums qui raconte une histoire. Peter Gabriel était le chanteur à l'époque et Phil Collins était aux batteries. C'était très ésotérique, des sons qui me transportaient dans un autre monde. Après cet album, je me suis mis à écouter les albums précédents et je suis devenu un vrai fan. Peter Gabriel écrivait des merveilles, il avait tout cela dans la tête. Je trouvais que c'était très théâtral mais aussi progressif. Ça me plaisait beaucoup."

Matt Sorum : Les 10 albums qui ont changé ma vie
King Crimson – In The Court Of The Crimson King (1969)

"Une fois lancé dans Genesis, je me suis mis à écouter King Crimson. C'est l'album essentiel du rock prog punk. Ces types étaient vraiment géniaux. Pas de lézard !"

"C'est pas facile d'écoute au premier abord. C'est un peu comme Pink Floyd dans leurs débuts avec Syd Barrett ; c'est le genre de musique qui présente un défi pour la plupart des gens. Mais, une fois que tu es immergé et que tu commences à écouter les paroles, ça en vaut vraiment la peine. J'écoutais cela à une époque où j'étais à la recherche d'un son vraiment prog, dans le genre de groupes comme Gentle Giant et Gong. J'allais dans la section 'import' des magasins de disques pour les trouver. Ils se sont un peu perdus dans des trucs bizarres à un moment donné..."

Matt Sorum : Les 10 albums qui ont changé ma vie
Deep Purple – Burn (1974)

"Je me suis mis à écouter Deep Purple avant la sortie de cet album, mais Burn était celui que j'écoutais en boucle. Ian Paice est devenu mon batteur number 1. Mon père, mon dieu, celui que j'essayais d'égaler.

L'époque Bonham était géniale ! Ginger Baker, très cool mais je voulais du rapide. Je cherchais à devancer tout le monde dans la rapidité du jeu et m'acharnais à faire tous les trucs compliqués. Le morceau titre, en gros, c'est un solo de batterie sous le reste des parties.

J'avais Made In Japan et Machine Head mais Burn était l'album qui m'a foutu par terre. Je suis allé les voir à Long Beach Arena, autour de cette période, ils étaient incroyables ! La 3e version avec David Coverdale et Glenn Hughes a été probablement la période glorieuse de Deep Purple aux Etats-Unis. Des musiciens fabuleux !"

Matt Sorum : Les 10 albums qui ont changé ma vie
ZZ Top – Tres Hombres (1973)

"J'ai commencé à écouter ZZ Top parce qu'ils étaient partout à cette époque. Ils incarnaient le rock par excellence mais avec un son du sud des Etats-Unis. J'avais un copain qui écoutait Charlie Daniels et Skynyrd et les Marshall Tucker Band mais, il m'avait filé cet album. Je trouvais qu'il avait un son rock plus rebelle..

C'était la première fois que j'entendais un shuffle rock. Beer Drinkers & Hell Raisers était un truc vraiment Americana. J'écoutais tellement de trucs britanniques en ce temps-là ! Les ZZ Top étaient cool avec leur son gras, beaucoup plus gras que n'importe quel autre groupe de cette époque."

"De très bons morceaux comme Waiting For The Bus, Jesus Just Left Chicago, Le Grange. Je suis allé les voir au Forum. L'endroit où Zeppelin et Alice Cooper ont joué aussi. Ils étaient géniaux ! Ils font vraiment partie de ma jeunesse."

Matt Sorum : Les 10 albums qui ont changé ma vie
David Bowie – The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars (1972)

"Le premier album que j'ai acheté, c'était l'album Bowie live. Souvent, je n'achetais qu'un disque et puis je resortais pour acheter les disques précédents. Je suis allé voir Bowie au Forum et tout le monde était habillé en Ziggy mais Bowie était déjà sur autre chose. Il est arrivé dans son nouveau personnages Thin White Duke en costume. Ça en a frappé beaucoup !

L'album Ziggy était le premier qui mettait en évidence qu'il changeait de personnage et que c'était quelque chose qui pouvait se faire. Il a ouvert des portes, il allait toujours plus loin... Il y a tellement de gens qui l'on suivi, son côté théâtral et son sens de la mode. C'était un véritable visionnaire."

"Les morceaux sont des classiques à la Bowie comme Rock ‘N’ Roll Suicide, Suffragette City et tous les autres. Cet album n'a pas pris une ride !"

Matt Sorum : Les 10 albums qui ont changé ma vie
The Who – Who's Next (1971)

"Quand j'étais gamin, les Who jouaient au stade d'Anaheim en tête d'affiche. C'étaient des stars, à ce moment-là ! Keith Moon était la star du groupe. Il avait une telle personnalité ! Il incarnait l'esprit rebelle rock'n'roll. Je voulais être lui ! Je rêvais d'être celui qui se foutait complètement de ce que les autres pensaient. Keith a ouvert la voie."

"L'album des Who, Next était tout en haut d'une pile de disques. Il commence par Baba O'Reilly avec ce son de synthé sauvage. Ça paraissait dingue ! En puis, comme un troupeau de buffles, la batterie arrivent... Et là, tu comprends pourquoi c'était le groupe qui foutait les jetons aux Rolling Stones.

Ils mis la barre très haute. L'album Next, des Who est simplement génial du début à la fin !"

Share this Article
Google+

Most Popular

Edition: FR
TopView classic version