Les meilleurs moments de batterie du cinéma

3rd Feb 2014 | 16:10

Les meilleurs moments de batterie du cinéma

La sélection MusicRadar des meilleurs moments de batterie au cinéma

Nous avions déjà évoqué les rockumentaires incontournables, voilà venir l'heure de gloire des batteurs, avec une sélection des meilleurs moments batterie du cinéma !

J'aime taper...

Wayne's World ou Le monde selon Wayne (1992)

"J'aime taper", dit Garth, et il fait tinter une cymbale dans le magasin de musique après ce qui ne peut être décrit autrement que comme un solo de batterie qui déchire. Tous les batteurs devraient aspirer à jouer comme lui. Et à avoir son look, il va sans dire.

Le génie de Gene

The Gene Krupa Story (1959)

Sal Mineo a fait du bon boulot dans le rôle de Krupa au cinéma, même si ce n'est pas lui mais le vrai batteur qui joue la partie batterie en réalité. Dans l'un des meilleurs passages de ce film, Gene remonte sur scène après son arrestation pour possession de drogue, se fait haranguer par une partie de la foule, se lance ensuite dans une bataille de baguettes contre l'autre grand batteur de l'orchestre, et nous offre un solo fantastique.

Des performances explosives

This is Spinal Tap (1982)

Tant de grands moments de batterie... mais nos passages préférés ici sont celui où Mick Shrimpton est debout sur (et tombe de) son kit durant son solo, et celui au début du film avec le premier batteur John 'Stumpy' Pepys. Son regard vers la caméra après son premier break ne manque jamais de nous faire rire.

Le rêve de tout batteur

That Thing You Do ! (1996)

Dans le film de Tom Hank sur un groupe des Sixties, The Wonders, le batteur reste à son kit après une dispute en studio et le départ des autres. Il se met à improviser une super partie de shred et entre alors dans le studio un batteur jazz de légende qui lui demande de jammer avec lui. Le rêve fou de tout batteur.

Un démon de la batterie

The Pick Of Destiny (2006)

Le film de Tenacious D avec Dave Grohl dans le rôle du diable qui, à un moment donné, s'installe derrière son kit et se laisse aller à un étalage ô combien trop bref de ses techniques de batterie diaboliques. C'est le meilleur moment du film, et de loin !

Un batteur qui a les boules

Frangins malgré eux (2008)

On voit d'abord Will Ferrel s'amuser sur la batterie de son demi-frère John C Reilly puis, après une dispute entre eux, Ferrel se précipite sur le kit et y frotte ses couilles en gueulant, "Ça c'est John Bonham sur Moby Dick pour de bon".

Spiderman

More Bad News (1988)

Dans les années 80, la chaîne Channel 4 diffuse une série qui a beaucoup de succès en Angleterre. C'est une satire de type 'rockumentaire' qui met en scène un groupe de heavy metal appelé Bad News. Elle mérite d'être regardée rien que pour le batteur, Spider Webb. Il est le cliché parfait du batteur rock, s'acharnant comme un malade sur son kit et sortant toujours des trucs du genre, "On va se taper des gonzesses et déchirer du matos". Aucun extrait n'est autorisé sur YouTube, mais vous pouvez regarder les deux séries de Bad News sur 4oD.

Y'a de la casse !

Blues Brothers (1980)

Jake et Elwood sont poursuivis par une voiture de police à travers une galerie marchande où ils foncent dans tous les magasins, emportant tout sur leur passage avant de démolir ce qui semble être un kit Ludwig Tivoli dans une vitrine de magasin de musique... juste avant la fin de leur course... Un vrai gâchis, mais bon, un film cool !

Un coup de baguettes magiques…

Vice Versa (1988)

Un film ringard typique des années 80 qui voit père et fils se retrouver dans le corps l'un de l'autre. L'esprit enfantin du 'père' l'entraîne derrière le kit de batterie d'un magasin de musique sur lequel il s'éclate sans retenue. Et il joue plutôt bien, d'ailleurs.

Léon le Baston

Subway (1985)

Encore les années 80... mais un film superbe de Luc Besson (ah, le cinéma français !) sert cette fois de toile de fond à cet extrait. Basé dans le métro parisien, Subway voit Jean Réno (également connu pour son interprétation d'un tueur à gages prénommé Léon dans le film éponyme) jouer le rôle d'un batteur qui traîne un peu dans la vie, ne dit pas grand chose mais est toujours en train de taper des beats avec ses baguettes dès qu'il le peut. À la fin du film, il a l'occasion de se laisser aller sur un solo... habillé en chasseur de lion... Pourquoi en chasseur de lion ??

Une grande production à la baguette

Beat Battle (2002)

Ce film américain de 2002 parle de la culture US traditionnelle des fanfares universitaires. Ce long métrage déborde de super passages avec d'excellentes parties de percussions bourrées d'énergie. Dans cet extrait, la fac imaginaire Atlanta A&T entre en compétition avec une université rivale.

Adam Sandler, batteur de profession

Radio Rebels (1994)

Pas grand chose sur le plan batterie à proprement parler, mais Adam Sandler, acteur, humoriste, scénariste, producteur et musicien américain, joue son meilleur rôle au cinéma (pas très compliqué, ceci dit) en tant que batteur pas très futé d'un groupe qui déboule dans une station radio et force les animateurs à passer son disque sur les ondes en les menaçant avec un revolver. Ça n'arrange pas l'idée stéréotypée qu'on se fait des batteurs, hein ?

Cette fois c'est Krupa, pour de vrai, et on l'applaudit !

Beat The Band (1947)

Une version ciné d'un music-hall de Broadway basé sur le showbusiness et les grands orchestres swing. Un film particulièrement obscur, il ne laisse pas grand chose en mémoire si ce n'est une performance extraordinaire de Gene Krupa à 5:30.

Bonham sur pellicule

The Song Remains The Same (1973)

Ok, on met ça aussi sur la liste. Après tout, techniquement, The Song Remains The Same est un film. Il y a évidemment Bonham qui joue 'Moby Dick'... que demande le peuple ?

Share this Article
Google+

Most Popular

Edition: FR
TopView classic version