Les 10 albums incontournables de Glen Sobel

3rd Jan 2014 | 10:05

Les 10 albums incontournables de Glen Sobel
Glen Sobel

Le batteur d'Alice Cooper, Glen Sobel, partage avec nous la liste de ses incontournables. Comme vous le verrez, une liste d'albums qui consiste principalement en ce qui s'est fait de mieux dans la fusion. Ce batteur d'exception nous révèle aussi les albums qui ont eu un rôle majeur dans sa formation et ont fait de lui le batteur hors pair qu'il est aujourd'hui.

"Un bon album de batterie, c'est un album qui change les règles du jeu" déclare Glen Sobel. "Et vous le savez tout de suite quand vous l'écoutez pour la première fois. Il y a un truc dans le morceau qui vous fait interrompre tout ce que vous faites. C'est le genre d'albums qui a la capacité de vraiment faire avancer votre jeu. Ils vous emmènent dans une autre dimension, tout un monde nouveau à explorer."

Comme beaucoup de ces contemporains, Glen Sobel était fan des batteurs comme Neil Peart et John Bonham. Ils étaient déjà de véritables héros à son époque. Mais, à la différence des jeunes joueurs de sa génération qui épuisaient les stocks des albums Led Zeppelin II et Moving Pictures, Sobel, lui, gravitait plutôt autour des enregistrements 'live'.

"Le solo de Bonham sur Moby Dick dans le concert filmé The Song Remains the Same fut un moment révélateur dans ma vie de batteur" dit-t-il. "Le solo de Peart sur Exit m'a fait le même effet. C'était phénoménal ! Ce sont ces deux albums qui m'ont décidé à me mettre à la batterie."

Cependant, lorsque nous lui avons demandé de compiler la liste de ses albums à recommander aux jeunes joueurs, Sobel a choisi d'éviter ses favoris. Il s'explique : "Il y avait peu d'intérêt à dire aux jeunes batteurs d'écouter Bonham et Peart. C'est évident qu'il faut les étudier, ce sont des géants de la batterie."

Sobel a donc porté son choix sur des albums qu'il appelle des 'gateway albums'. Il explique : "le genre d'albums qui vous conduit à écouter un autre et ainsi de suite. Vous découvrez un batteur et décidez ensuite de vous procurer tout ce qu'il a fait. Puis, vous en parlez aux batteurs que vous connaissez etc. J'aime beaucoup ces moments de découverte, c'est très stimulant."

Voilà donc la sélection d'albums, chacun apparaissant dans un ordre alphabétique, des 10 incontournables de batterie de Glen Sobel.

Les 10 albums incontournables de Glen Sobel
01 BRANDON FIELD
The Other Side Of the Story (1986)

“Brandon Field est un saxophoniste qui, dans les années 80 et 90, a enregistré de nombreux albums. Les meilleurs talents des studios de Los Angeles et de la fusion y apparaissent. Gregg Bisonette est aux batteries sur tout l’album. J’ai pris des cours de batterie avec Gregg. Il était mon prof à l’âge de 18, 19 ans. Mais je le connaissais déjà bien parce que j’avais déjà tous ses albums avant de prendre des cours avec lui.

Cet album est un truc de fusion dans le genre de ce que l’on faisait dans les années 1980. Ce qui est intéressant, ici, c’est le traitement rock qu’en fait Gregg. Il a d’ailleurs commencé à travailler avec David Lee Roth peu de temps après.

De nombreux genres et sous-genres sont représentés, ici : Latin, funk, signatures rythmiques assymétriques et toute sorte de trucs. Mais le tout est baigné dans le style de Gregg. Ce type sait tout faire. Il y a un solo de batterie superbe sur un morceau qui s’appelle The Brain Dance. Dans le cercle des batteurs, il est très connu. Il a d'ailleurs été retranscrit dans un numéro de Modern Drummer. Gregg fait ici du Greggisme, je m’explique ! C’est-à-dire que pour chaque morceau, il fait un truc bien à lui qui vaut le coup d’être étudié de près par les jeunes batteurs. Pour diversifier votre jeu de batterie dans une direction vraiment intéressante, je le recommande vivement."

Les 10 albums incontournables de Glen Sobel
02 ALLAN HOLDSWORTH
Secrets (1989)

"Si vous êtes un vrai fan de Vinnie Colaiuta, vous aurez sans doute déjà cet album. Sinon, je vous conseille vivement de vous le procurer, sous peine de rater quelque chose ! Je suis toujours surpris quand les jeunes batteurs avouent ne pas connaître un type comme Vinnie. J’enseigne au Musician Institute et lorsque je mentionne son nom, je reçois des réponses du genre "Ah, oui ! C’est le type qui a joué avec Sting." Oui, bien sûr, mais il a fait beaucoup d’autres choses aussi.

Cet album est sans doute le plus connu parmi ceux sur lesquels Vinnie a travaillé. C’est un album pour les vrais fans. C’est génial! C’est libre et à la fois si réfléchi dans la composition. Le premier morceau s’appelle City Light. Il y a tellement de choses dedans! C’est très clair dès la première écoute. La compréhension entre les musiciens est incandescente.

Il sait quand être lui-même et quand s’effacer. Et pour cette raison, c’est un joueur de studio hors pair. Il est capable de jouer avec tout le monde : Faith Hill, Sting, Megadeth. Cet album est un bon exemple qui montre la personnalité de Vinnie. Il s’éclate vraiment et il est tout simplement génial !"

Les 10 albums incontournables de Glen Sobel
03 TONY MCALPINE
Edge of Insanity (1985)

“L’une des raisons qui font que j’affectionne tout particulièrement cet album est sans doute que j’ai fait mon premier concert pro avec Tony McAlpine. J’étais déjà un fan du groupe avant de travailler avec eux. Cet album fait la transition entre la fusion et le métal. Personne n’avait rien fait de pareil avant cela ou en tout cas pas comme ça.

Steve Smith est le batteur sur cet album. Jusque là, il était seulement connu pour sa participation avec le groupe Journey. Il avait son groupe de fusion, Vital Information, mais il n'était pas encore connu à cette époque. Ce n’est que plus tard avec l’album Global Beat qu'il parviendra à se faire remarquer. C’est un album important aussi.

La marque de fabrique de cet album est métal mais il y a aussi de l’improvisation. Il y a également beaucoup d’interactions entre les joueurs. Billy Sheehan était le parfait bassiste pour Steve Smith. Cet album fut un tremplin pour de nombreuses choses qui se sont faites après. Tony a travaillé avec de nombreux batteurs. C’était donc un honneur de travailler avec lui."

Les 10 albums incontournables de Glen Sobel
04 MAHAVISHNU ORCHESTRA
Birds of Fire (1973)

“C’est le second album du groupe. Billy Cobham est à la batterie. C’était la première fois qu’il jouait avec deux grosses caisses mais ça ne s'entend pas du tout. Il maîtrise complètement la configuration dans son approche. Les musiciens des Killers faisaient partie du groupe. Vous avez John McLaughlin à la guitare, Jan Hammer au synthé. Tous sont au sommet de leur gloire et l’enregistrement s’est fait à partir d’un live, du coup, il y a beaucoup d’impro.

L’intuition entre les joueurs est remarquable. Il y a des riffs pas possibles ! Et pourtant, rien n’a l’air planifié ou forcé. La musique semble se faire naturellement. Il y a une chanson en particulier qui s’appelle Miles Ahead, on dirait du Jimi Hendrix. Enfin, c’est comme ça qu’il l’aurait joué s’il avait été un joueur de fusion.

Cobham est monstrueux, ici. Son jeu est en avance par rapport à ce qui se faisait à ce moment-là. Il a vraiment relevé la barre avec son autre album aussi, Spectrum (1973) en montrant ce que l’on pouvait faire avec deux grosses caisses."

Les 10 albums incontournables de Glen Sobel
05 MESHUGGAH
Destroy, Erase, Improve (1985)

Cet album n’est pas leur premier mais c’est celui qui a révélé leur personnalité. On peut décrire leur style comme étant ‘death metal’ mais il y a aussi des éléments de fusion, de classique dans qu’ils font. Le guitariste est influencé par Allan Holdsworth. Qui d’autre joue comme ça dans le metal extrême ?

Cette façon qu’ils ont d’utiliser les polyrythmies est incroyable. On retrouve là encore l’influence de la fusion ; ce sont ses représentants qui ont exploré le concept. Il consiste notamment en des rythmes récurrents qui débordent de la mesure et donnent ainsi l’impression d’écouter des signatures rythmiques assymétriques mais, en réalité, on a toujours affaire à une mesure en 4/4. Steve Smith l’avait fait avant eux mais j’étais loin de penser qu’un groupe de heavy metal pouvait le faire aussi bien. Le batteur, Tomas Haake maîtrise parfaitement cette technique.

Ils poussent toujours plus loin le concept. C’est remarquable ! Cet album marque véritablement leur début et ce groupe en impose vraiment !

Les 10 albums incontournables de Glen Sobel
06 RETURN TO FOREVER
Romantic Warrior (1976)

C’est l’un des tout premiers albums fusion que j’ai acheté. Le batteur, Lenny White, pourrait tout-à-fait être comparé à Billy Cobham. Il avait une main gauche extrêmement puissante et une très belle manière de jouer certaines notes.

Return To Forever ont sorti d’autres albums mais rien qui n’ait atteint le niveau de celui-là, notamment le morceau Overture. À l’époque, je n’avais aucune idée que ce que j’écoutais annonçait des styles comme le rock néo-classique et le metal.

Cette musique a changé les règles du jeu. Al Di Meola exécute des arpèges rapides et des riffs monstrueux. Le genre de trucs qui a vraiment influencé des joueurs comme Tony McAlpine. Lenny White en faisait autant. Il cherchait toujours à repousser les limites du genre avec un jeu explosif qui a influencé beaucoup de joueurs.

Les 10 albums incontournables de Glen Sobel
07 JOHN SCOFIELD
Blue Matter (1987)

C’est cet album qui a véritablement fait la différence pour Dennis Chambers. Il avait donné quelques concerts avant cela avec George Clinton. C’est avec ce disque et le concert au Buddy Rich Memorial Scholarship auquel il a participé que tout le monde s’est vraiment rendu compte de ce qu’il était capable de faire.

Ce concert lui a donné une occasion de se placer au centre. Son style était un mélange d’influences, Cobham étant l'une d'entre elle. C'était un beau mélange de style mais avec une touche personnelle. Il incorporait beaucoup de ce que l’on pourrait appeler les grooves ‘ride et charleston’ pour, au final, faire des grooves funk ultra chargés et puissants.

Son pied droit était d’une puissance extraordinaire. C’est lui qui m’a fait me concentrer davantage sur cette partie-là du jeu. Sa sensibilité aux jeux des autres musiciens m’impressionne vraiment.

Scofield n’avait pas un jeu agressif, du genre à faire du shredding. Il avait un style beaucoup plus effacé, il était à la recherche de textures. Ce style de jeu laissait beaucoup d’espace aux autres musiciens du groupe. Du coup, la section rythmique pouvait trouver sa propre forme d’expression. Il faut vraiment savoir ce que l’on fait et ce dont la musique a besoin quand on vous donne la chance d’expérimenter avec ce genre d'interactions.

Les 10 albums incontournables de Glen Sobel
08 TOWER OF POWER
Back To Oakland (1874)

“En ce qui concerne la partie batterie, s’il y a un album par lequel il faut commencer si vous vous intéressez au travail de David Garibaldi, c’est celui-là ! Oakland Stroke résume parfaitement son style. C’est du funk ultra syncopé, ultra chargé mais qui reste naturel. C’est très désagréable de sentir qu’un groupe essaye d’en faire trop. Ce n’est pas du tout le cas ici. Leur musique envoie du lourd et c’est tout !

Lorsque Garibaldi joue sur le morceau Don’t Change Horses (In the Middle Of A Stream), c’est un jeu puissant avec une frappe dure mais qui en même temps semble glisser. C’est un son unique qui s’écoute encore très bien aujourd’hui. Il m’a aidé à comprendre qu’il y avait plus dans le jeu de batterie que le simple backbeat sur les 2e et 4e temps. On l’entend très bien sur le morceau Squid Cakes.

Les autres membres du groupe sont des joueurs solides aussi. On a Rocco Prestia à la basse. Quand je l’écoute, je me dis à chaque fois que j’aimerais beaucoup travailler avec lui. C’est le genre de musicien qui vous invite sans cesse à vous surpasser.

Les 10 albums incontournables de Glen Sobel
09 PAT TRAVERS
Live ! Go For What You Know (1979)

On a, ici, un très beau mélange de rock et de blues funky et heavy mais il y a aussi un peu de fusion et de rock progressif sans oublier quelques signatures rythmiques assymétriques sympas. Tommy Aldridge est derrière les batteries. Son jeu est serré sur cet album. L’interaction qui existe entre lui et Mars Cowling est quelque chose que je n’avais jamais entendu auparavant. Le style de jeu est lourd mais il y a un rythme funky dans l’urgence dont je ne me lasse pas.

Les jeunes batteurs ont sûrement leurs batteurs de prédilection mais je leur conseille vivement d’écouter celui-là. Tommy est important dans le monde de la batterie. Il a influencé de nombreux joueurs et a eu un impact énorme sur moi !

Les 10 albums incontournables de Glen Sobel
10 UK
Night After Night (1979)

Pas mal de musiciens sont passés dans ce groupe mais sur cet album, nous avons la liste des noms les plus connus : Eddie Jobson, John Wetton et, bien sûr, Tony Bozzio à la batterie. C’est un style de jeu hyper chargé, super agressif et complètement hallucinant. Le morceau Caesar Palace Blues est probablement le plus connu de l’album. C’est la chance pour Terry de vraiment s’exprimer. Je crois vraiment que c’est ce morceau qui l’a fait connaître même s'il avait joué avec Zappa et les Beckers Brothers avant cela.

Le morceau Presto Vivace ne dure qu’une minute mais c’est un véritable chef d’œuvre. On dirait que chaque mesure offre une signature différente. Je n’ai jamais réussi à le jouer. D’ailleurs, je n’ai jamais essayé ! C’est le genre de morceau qui me fait m’exclamer sur le niveau incroyable du jeu des musiciens.

Il y a de très nombreuses signatures rythmiques assymétriques sur cet album. Mais ce que j’aime particulièrement, c’est qu’elles expriment toutes quelque chose. Il arrive que des groupes essayent ce genre de signature mais c’est rare que cela marche. Ça les dépasse et finalement le résultat est souvent confus. C’est tellement mieux lorsque les riffs et la musique coulent tout simplement ; à la manière dont ces artistes le font sur cet album.

Share this Article
Google+

Apps you might like:

Most Popular

Edition: FR
TopView classic version