Révise tes classiques

12th Dec 2011 | 11:09

Révise tes classiques
Bullet
Diapason court et forme parfaite

PRODUCTION : 1982 - 1983

ORIGINE : USA

TYPE: Solid body 4 cordes à diapason court, offset double cutaway

BODY: Aulne

MANCHE : Érable, vissé, 19 frettes medium, liserai central tout au long de l'arrière du manche

DIAPASON : 813 mm

TOUCHE : Érable, incrustations en forme de points de couleur noire

ACCASTILLAGE : Chromé, chevalet fixe à 4 pontets, mécaniques open gear classiques

MICROS : Micros splittés

CONTRÔLES: Volume & Tone couleur crème imitation potards d'ampli (non-skirted)

CARACTÉRISTIQUES : Tête de style basse Telecaster, F de Fender sur la plaque du manche, le décalco de la marque sur la tête intègre une étoile dérrière le 'B' du nom 'Bullet’.

FINITIONS : Ivory, Red, Tobacco Sunburst, Walnut & Custom Colours

L'AVIS DE MUSICRADAR : Toujours avide de proposer des modèles au diapason court au sein de sa gamme de basses, Fender lança la Bullet en 1982. Avec sa tête de style Tele, la Bullet apparaît mieux proportionnée que les basses Mustang et Musicmaster qui lui ont précédé.

Comme le veut la tradition de la maison Fender, la marque utilise des composantes que l'on trouvait précédemment sur d'autres modèles, comme le micro splitté de taille réduite Mustang et une paire de potards d'ampli cylindriques (type 'non skirted'). Sa plaque de protection blanche a un pli est de style P-Bass et lui donne vraiment l'apparence d'une Fender authentique. On peut le dire, elle a le look la cocotte !

À l'époque, la Bullet était disponible dans deux autres versions : la B34 de taille standard et la B40, un modèle à 20 frettes.

Révise tes classiques
Gibson Victory


PRODUCTION : 1981 - 1987

ORIGINE : USA

TYPE : Solidbody, double pan coupé, 4-cordes

CORPS : Érable

MANCHE : Érable laminé dur, vissé, 24 frettes fines (dont 21 standard)

DIAPASON : 876 mm (34,5 pouces)

TOUCHE : Palissandre, forme un angle pour rejoindre la plaque de protection, Incrustations relief en forme de pois

ACCASTILLAGE : Chromé, Chevalet Gibson TR-4 type ‘wedge’, Mécaniques basse open gear Gotoh avec logo Gibson

MICROS : Humbucker Gibson VIIIB

CONTRÔLES : Volume & Tone, Switch serie/parallèle

CARACTERISTIQUES : Plaque de protection noire, Dessus de Tête noir, Pan coupés chanfreinés, Attache-courroie Gibson ‘Diamant’, Étui rigide Gibson inclus dans le prix

FINITIONS : White, Silver, Antique Gold, Fireburst, Ebony & Cardinal Red

L'AVIS DE MUSICRADAR : La Victory Bass, conçue par l'équipe de Recherche et Développement de Gibson dirigée par Chuck Burge et Tim Shaw, était en fait une nouvelle tentative destinée à surpasser la toute-puissante Precision de Fender.

En effet, l'idée de départ était de donner à la Victory une expérience de jeu et une sensation générale identiques à celles de la P-Bass. Deux éléments la différenciaient toutefois de cette dernière : ses pans coupés étaient plus profonds et sa touche arborait 24 frettes.

Le chevalet de type 'wedge' (surélevé et en biseau) est de conception robuste, proposant des possibilités de réglage limitées mais néanmoins acceptables. Le système de câblage était de type passif, bien que les instruments Victory qui ont suivi intégraient quant à eux un système actif.

La majorité de ces Victory Bass étaient équipées de cordes à filetage plat qui rendaient un son sourd monstrueux. Par contre, son poids d'ensemble, un point faible chez Gibson en général, ne l'empêche pas de redevenir populaire aujourd'hui grâce à une capacité d'accordage dans les graves qui lui confère un certain succès.

L'avis de MusicRadar : La Victory Bass, conçue par l'équipe de Recherche et Développement de Gibson dirigée par Chuck Burge et Tim Shaw, était en fait une nouvelle tentative destinée à surpasser la toute-puissante Precision de Fender.

En effet, l'idée de départ était de donner à la Victory une expérience de jeu et une sensation générale identiques à celles de la P-Bass. Deux éléments la différenciaient toutefois de cette dernière : ses pans coupés étaient plus profonds et le manche recevait 24 cases.

Le chevalet de type 'wedge' (surélevé et en biseau) est de conception robuste, proposant des possibilités de réglage limitées mais néanmoins acceptables. Le système de câblage était de type passif, bien que les instruments Victory qui ont suivi intégraient quant à eux un système actif.

La majorité de ces Victory Bass étaient équipées de cordes à filet plat qui rendaient un son sourd monstrueux. Par contre, son poids d'ensemble, un point faible chez Gibson en général, ne l'empêche pas de redevenir populaire aujourd'hui grâce à une capacité d'accordage dans les graves qui lui confère un certain succès.

Révise tes classiques
Yamaha SB55
Elle impose le respect


PRODUCTION : 1973-1976

ORIGINE : Japon

TYPE : Solid body, double pan coupé, 4-cordes

CORPS : Nato

MANCHE : Érable, vissé, 20 frettes

DIAPASON : 857 mm (33,75 pouces)

TOUCHE : Palissandre légèrement bombé, incrustations de type point (couleur blanche)

ACCASTILLAGE : Chrome, chevalet, mécaniques open gear alignées

MICROS : paire de micros simples J-type

CONTRÔLES : Deux Volume & un master Tone

CARACTERISTIQUES : Cache de chevalet au logo Yamaha, tête 'inversée', plaque de protection écaille de tortue, potentiomètres imitant le style des potentiomètres d'ampli

FINITIONS : Natural & Sunburst

L'AVIS DE MUSICRADAR : La SB55 est la première des basses Yamaha à avoir adopté une forme plus conventionnelle, se démarquant par la forme de crochet de sa corne qui deviendra en quelque sorte sa marque de fabrique.

En plus des micros J-Type et du cablâge assimilé, la SB55 proposait un manche légèrement bombé au profil mince typique du style jazz. Il en émanait un son clair et clean qui était même perceptible en jeu acoustique grâce à son corps en Nato.

Yamaha proposait également une version 'deluxe' à cette époque, la SB75, qui était pourvue d'une touche en ébène légèrement bombée avec des incrustations chevron block. Ces basses ont représenté un moment décisif pour la marque. Avec le modèle haut-de-gamme de la série SB, la SB1200S, elles ont posé les jalons de la réputation de Yamaha qui, avec l'avènement de la toute puissante BB, obtint enfin le respect dû à un fabricant de guitares basses des plus sérieux.

Révise tes classiques
Révise tes classiques : Hartke XK-4
Sa majesté du métal

PRODUCTION : 1999 – 2004 approximativement

ORIGINE : CORÉE

TYPE : Basse active solid body à double pan coupé, manche vissé, 4-cordes

CORPS : Peuplier

MANCHE : T-Bar Vaccaro en aluminium recouverte d'Érable

DIAPASON : 864 mm

TOUCHE : Palissandre avec 20 frettes médium en nickel et argent, incrustation des repères en forme de point sur la partie latérale

ACCASTILLAGE : Chevalet et mécaniques Schaller 2000

MICROS : Passifs P/J

CONTROLES : Contrôles individuels de volume, potentiomètre concentrique de l'égaliseur (1ère bague basse, deuxième bague treble)

CARACTÉRISTIQUES : Manche Vaccaro, Plaque de Protection en Aluminium Broché, Super Sustain, Circuit 9 volts

FINITIONS : Black, Metallic Purple Sparkle

L'AVIS DE MUSICRADAR : La XK-4, fabriquée en Corée, constitue une alternative meilleur marché de la XL-4 qui a, quant à elle, été fabriquée aux Etats-Unis, dans le New Jersey.

Les basses au manche en métal ont toujours suscité l'intérêt des bassistes grâce à la propension naturelle de ce matériau à assurer une stabilité de longue durée aux instruments. Cependant, la nature même du métal, à l'origine froide au toucher, possède également cette capacité à absorber progressivement la chaleur, altérant par là même ses dimensions. Ces altérations peuvent quelquefois provoquer un effet néfaste sur l'accordage.

Larry Hartke était conscient de ces inconvénients quand il a conçu la XK-4 et il a eu la merveilleuse idée de recouvrir le manche en aluminium de bois d'érable. Du coup, bien que la construction en aluminium de la T-bar, soudée à la tête plaquée chrome soit une conception plutôt innovante, la sensation demeure très classique. Notons également que ce manche tient très bien en main, un gros plus pour le confort de jeu.

Voilà donc un instrument dont le manche est de fabrication particulièrement robuste, dont la tête affiche un look futuriste, mais qui dégage une sensation purement classique (sans compter un sustain de niveau supérieur, un bonus que les fabricants tiennent à mettre en avant). Bien que les micros de cette basse soient passifs, l'égaliseur 2 bandes actif apporte beaucoup de pêche au son.

Le chevalet chrome Schaller, solide et de bonne taille, forme un équilibre parfait avec le style de la tête. Il existe aussi une version 5-cordes avec une paire de micros J-type.

Révise tes classiques
Révise tes classiques : la Vigier Passion Custom III 5-cordes
Rouge passion

'Révise tes classiques' vous propose de découvrir ou de redécouvrir des basses de légende de tout horizon que tout bassiste devrait connaître. Cette semaine on vous présente la Vigier Passion Custom III 5-cordes.

La qualité de fabrication des basses Vigier est toujours excellente. Qui plus est, la marque propose souvent un vaste choix de coloris, des versions 4 ou 5-cordes et une version fretless (avec touche en métal Delta) ainsi que des modèles standard ou customisés.

Cette Passion III de 1996 ne fait pas l'exception. La structure de son manche traversant est renforcée par deux pièces en graphite passant directement dans le corps de la guitare. Le design en biseau du chevalet privilégie un accordage de grande précision de même qu'une action faible. Le son est plein et chaud mais possède également la capacité d'être mordant et grondant grâce à la sensibilité du câblage.

La légèreté de son corps asymétrique et compact lui confère un bon confort de jeu, notamment dans le cas de la 5-cordes. Cette basse, dont la production est toujours d'actualité, est un véritable must : jouer de la Passion et mourir.

Consultez le test complet de la Vigier Passion Custom III 5-cordes ici

Share this Article
Google+
Edition: FR
TopView classic version