Révise tes classiques

12th Dec 2011 | 11:09

Révise tes classiques
Révise tes classiques
Des basses de légende que tout bassiste devrait connaître


PRODUCTION : Production originale 1964 -1965

ORIGINE : UK

TYPE : Solidbody, double pan coupé, 4-cordes

CORPS : Aulne d'Amérique

MANCHE : Érable, vissé, 22 frettes médium avec ajout d'une frette zéro

DIAPASON : 851mm

TOUCHE : Palissandre avec petites incrustations en forme de point blanches

ACCASTILLAGE : Chromé, chevalet-cordier Rezo-tube, mécaniques open gear Van Gent avec boutons noirs

MICROS : Trois micros de type Nu-Sonic à l'origine, puis trois Rez-o-Matic Bass par la suite

CONTRÔLES : Volume & deux Tone, sélecteur trois voies

CARACTÉRISTIQUES : Repose-poignet couleur argent, large tête en biseau, plaque de protection 'écaille de tortue' marron ou grise

FINITIONS : Polyester White, Greenburst

L'AVIS DE MUSICRADAR : Quand Hank Marvin des Shadows s'adressa à la marque Burns pour lui demander de lui fabriquer une guitare signature, commande fut également passée pour une basse coordonnée qui allait permettre au groupe d'afficher un look uniformisé.

La Shadows Bass fut donc dûment conçue et fabriquée à l'intention de John Rostill. Elle suscita un tel intérêt qu'elle donna lieu à la production d'une petite série dont les modèles différaient cependant légèrement de la basse de Rostill. La tête de cette dernière portait en effet la mention 'Marvin', et micros et repose-poignet de cet instrument original étaient positionnés suivant un angle décalé.

Le chevalet-cordier Rezo-tube était équipé de quatre embouts tubulaires en aluminium dont le rôle consistait à apporter plus de résonance aux cordes qui passaient au travers du corps. Contrairement à l'accoutumée, le bouton de sangle était situé au dos du pan coupé supérieur plutôt qu'en son sommet.

La production d'origine de la Shadows Bass continua ensuite sous l'égide de la marque Baldwin et se prolongea de 1965 à 1970. Les caractéristiques de la basse évoluèrent alors en proposant une tête allongée en biseau et des mécaniques Schaller de type 'Staggered' (à hauteur échelonnée). À l'heure actuelle, ces instruments-là ne font cependant pas l'objet d'un intérêt particulier.

La réapparition de la marque Burns sur le marché vit la Shadows Bass se manifester à nouveau dans les années 90, obtenant d'ailleurs un succès plus qu'honorable avec une édition très appréciée qui proposait des micros Rez-o-Matic et une version fretless. Vint enfin l'année 2005 durant laquelle Burns à Londres acquit la basse Rostill d'origine et produisit une édition limitée de la Shadows Bass 1964, reprenant le plus fidèlement possible les caractéristiques de ce superbe instrument qui bénéficia par ailleurs d'un chevalet et d'un circuit électronique améliorés. L'addition d'un potard de tone push/push permit alors de gérer les deux combinaisons de micros supplémentaires, et le tout fut accompagné d'un sélecteur cinq voies.

Révise tes classiques
La Vaccaro X-Ray Bass
Coeur de rockeur


PRODUCTION : 1998 - 2002

ORIGINE : USA

TYPE : Solid body, double pan coupé, 4-cordes

CORPS : Aulne

MANCHE : Aluminium/Érable, vissé, 20 frettes médium plus frette zéro

DIAPASON : 864mm

TOUCHE : Ébonol, incrustations forme de diamant en nacre

ACCASTILLAGE : Chrome, Chevalet basse Vaccaro V200 entièrement ajustable

MICROS : Vaccaro V2 P et J Style Set (Basslines)

CONTRÔLES : Volume, Tone & Balance

CARACTÉRISTIQUES : Intérieur du manche en aluminium, Tête Tuning Fork

L'AVIS DE MUSICRADAR : La Vaccaro X-Ray Bass porte le nom de l'un des fondateurs de la marque Kramer Music Products, Henry Vaccaro Senior. Cette marque s'était spécialisée dans la construction de manches mêlant aluminium et bois, qu'elle introduisit en 1976.

Henry Vaccaro Senior fut président de la marque de 1982 à 1988, mais il prononça la dissolution de la compagnie à l'époque où celle-ci commença à effectuer ses tests sur les nouveaux manches Tuning Fork en aluminium. Il créa alors la marque Vaccaro. Contrairement aux manches 'T' de Kramer qui souffraient des changements de température, étaient froids au toucher et très lourds, les manches Tuning Fork étaient fabriqués autour d'un noyau en aluminium recouvert de bois. Le résultat en était considérablement plus léger et effectivement résistant aux changements de température. Ce manche était également équipé d'un truss rod.

Gage d'un excellent sustain, la construction inédite de la X-Ray engendre un son très caractéristique qui la dispense d'avoir recours à une configuration de micros P/J, comme c'est souvent le cas de beaucoup d'autres basses. Cette tête au look superbe et ce son de qualité distinctive firent de la Vaccaro X-Ray Bass un numéro gagnant. Cela ne suffit pourtant pas à empêcher la fermeture de la boîte en 2002. La finition Orange Sparkle était alors la signature de cette basse, mais d'autres finitiions pailletées étaient également disponibles, de même qu'une finition noire.

Révise tes classiques
La basse Stuart Spector Design SSD NS-4
Une beauté aux lignes ergonomiques, fabriquée main

PRODUCTION :1990 - 1998

ORIGINE : USA

TYPE : Corps massif avec double pan coupé, 4-cordes passive

CORPS : Érable rouge pommélé

MANCHE : Érable laminé trois pièces, traversant, 24 frettes médium

DIAPASON : 864mm

TOUCHE : Pau Ferro (bois de fer), incrustations en nacre de forme ovale découpée

ACCASTILLAGE : Chevalet en laiton doré et mécaniques de type M4, sillet en laiton

MICROS : Deux EMG Soapbar actifs

CONTRÔLES : Volume,Égaliseur actif (basses et aigus)et panoramique sur double potentiomètre concentrique

CARACTÉRISTIQUES : Circuit électronique 18 volts intégré, truss rod unique en carbone renforcé, tête noire

FINITIONS : Translucide Red Wine (ci-dessus), orange, bordeaux et naturelle

L'AVIS DE MUSICRADAR : Pour ceux qui n'en auraient pas eu vent, le NS de l'appellation fait référence à Ned Steinberger, l'homme responsable de ce corps concave ergonomique qui se révéla être, lors de sa parution, une découverte de taille pour les musiciens du monde : cet instrument se lovait en effet de manière très naturelle contre le corps du bassiste.

La première basse NS vit le jour en 1977. L'accueil chaleureux que reçut son nouveau design n'eut d'égal que celui que provoquèrent ses sonorités dynamiques. La Kramer Guitar Company s'empressa de reprendre la production de ces instruments faits main en 1985, et ce jusqu'à sa fermeture en 1990.

C'est à ce moment-là que Stuart fonda ses ateliers de lutherie Stuart Spector Designs : la période SSD (1995) donna alors naissance au modèle que nous vous présentons aujourd'hui. L'association de rouge pour le corps et de doré pour les mécaniques se révèle tout particulièrement exquise et respire l'élégance.

Enfin, en 1998, Stuart recouvre le nom de Spector sous lequel il continue de produire ses basses. La NS-4 notamment connaissait alors un très gros succès.

Le manche au profil profond rejoint la tête en formant une légère bosse de type volute qui renforce cette partie traditionnellement fragile. Quant aux chevalet et micros de tailles substantielles, ils sont soigneusement enclavés dans le corps de la basse de manière à ne pas trop en imposer et à conserver l'exquise beauté du modèle. L'ensemble sillet chevalet en laiton concourt à une résonance exceptionnelle des cordes que met en exergue un circuit électronique puissant. Cette basse sonne forcément à merveille.

Retrouvez toutes les merveilleuses basses de Révise tes classiques dans l'article principal !

Révise tes classiques
Dobro Deluxe Dbass
Country baby !


PRODUCTION : 1995 - 2000

ORIGINE : USA

TYPE : Corps acoustique avec cône à résonateur unique, 4-cordes, avec frettes ou fretless

CORPS : Table, dos et éclisses en bois d'érable stratifié avec binding sur tout le pourtour

MANCHE : Érable, vissé, 24 frettes fines

DIAPASON : 864mm

TOUCHE : Palissandre, incrustations nacre en forme de point

ACCASTILLAGE : Résonateur en aluminium, chevalet 'araignée'/cordier trapèze

CARACTÉRISTIQUES : Deux rosaces avec obturateur encadrant trois rosaces plus petites non obturées placées à intervalles égaux, tête Dobro de forme classique avec deux mécaniques de chaque côté

FINITIONS : Naturelle brillante & Darkburst

L'AVIS DE MUSICRADAR : Ce qui nous surprend laisse parfois une impression durable et c'est incontestablement le cas de ce Dobro entièrement acoustique.

Fidèle à la caractéristique légendaire indissociable du nom, ce Dobro est équipé d'un résonateur, mais cet instrument se révèle aussi et fondamentalement être une basse. L'idée du résonateur est apparue dans les années 30. Elle avait pour but d'amplifier le son d'une guitare acoustique.

On pourrait en dire de même de la Dobro Bass, mais c'est plutôt le son distinctif qu'elle produit que son volume qui fera aujourd'hui son charme. Le volume n'en constituera pas moins un avantage puisque cette basse se trouve effectivement vierge de tout circuit électronique.

Les 24 frettes sont sans doute les bienvenues, mais avouons que peu d'entre nous seront vraiment à l'aise dans les aigus les plus proches du corps, bien que les doubles incrustations de la touche se démarquent sans problème. De par sa taille standard, elle donne une certaine impression de longueur, mais avec un nouveau jeu de cordes de basse en bronze phosphoreux, elle livre des sonorités tout à la fois audacieuses et pleines de caractère. Malheureusement, ce n'était qu'une phase dans l'histoire de la basse, la production de basses Dobro à résonateur ayant pris fin à l'aube du nouveau millénaire.

Révise tes classiques
Révise tes classiques : la Burns 5 cordes
La basse des Shadows


PRODUCTION : 2001 – Modèle fabriqué sur commande

ORIGINE : Royaume-Uni

TYPE : Solid body double pan coupé, 5 cordes

CORPS : Aulne

MANCHE : Hêtre, vissé, 22 frettes médium plus frette zéro, incrustations en forme de point blanches (plus petites à partir de la 12ème frette)

DIAPASON : 864mm

TOUCHE : Palissandre

ACCASTILLAGE : Transducteur et chevalet Burns T/R plaqué or, mécaniques Schaller open gear avec boutons en ébène

MICROS : 3 micros basse Burns Bar-O-Matik, le micro intermédiaire étant un humbucker

CONTRÔLES : Volume, Tone et Transducer Blend & switch de sélection 5 positions

CARACTÉRISTIQUES : Tête de type contrebasse, système de transducteur actif incorporé au chevalet permettant le réglage individuel de volume et de tone pour chaque corde

FINITIONS : Noire

L'AVIS DE MUSICRADAR : Cette basse se doit d'être l'un des modèles les plus inattendus à avoir émergé des ateliers de lutherie Burns de Londres. Elle se démarque non seulement par ses cinq cordes, mais surtout par un système électronique supérieur incorporant un transducteur actif et un préampli alimenté par pile.

La première phase de développement de cet instrument démarra en 1998 à la requête du bassiste des Shadows Alan Jones qui souhaitait installer un système électronique actif sur sa P-Bass. Burns s'exécuta et exauça le voeu de l'artiste. Alan Jones émit alors le souhait d'une 5-cordes et la marque s'attaqua à ce prototype. Cependant, d'autres priorités s'imposant, l'expérience dut être interrompue et cette basse 5-cordes se vit provisoirement mise de côté.

Fort heureusement une relation de Jones décida de financer le projet jusqu'au bout et la Burns Bass 5-cordes vit enfin le jour. L'intégration du système de transducteur actif lui permit de produire le son acoustique requis et d'offrir qui plus est un éventail plus large de sonorités.

Depuis sa première apparition sur la Shadows Bass en 1964, la tête de type contrebasse avait déjà subi plusieurs changements. Ici, grâce à ses dimensions plus fines et plus allongées exigées pour accommoder le bouton de mécanique supplémentaire, la tête met plus encore en valeur la beauté de la Burns Bass 5-cordes. Malheureusement, cette basse n'a jamais atteint le stade de la production, mais nous avons eu vent d'un autre modèle Burns cinq cordes... À suivre !

Révise tes classiques
Rickenbacker 4003
Le look, le son et la réputation !


PRODUCTION : 1979 à ce jour

ORIGINE : USA

TYPE : Solid body à double pan coupé, 4-cordes passive

CORPS : Érable, binding blanc

MANCHE : Érable, manche traversant, 20 frettes jumbo

DIAPASON : 844,6mm

TOUCHE : Palissandre laqué, incrustations perloïde en forme de triangle parfois appelées Sailfins

ACCASTILLAGE : Chromé, chevalet/cordier Rickenbacker, mécaniques Schaller 'shamrock' open gear, étouffeur de cordes

MICROS : 2 Singlecoils Rickenbacker

CONTRÔLES : Volume & Tone pour chaque micro avec sélecteur trois positions

CARACTÉRISTIQUES : Binding sur tout le pourtour du corps, sorties Mono et Rick-O-Sound Stéréo, plaque de protection blanche distinctive

FINITIONS : Fireglo, Jetglo, Mapleglo, Midnight Blue, Blanche

L'AVIS DE MUSICRADAR : À l'époque où Rickenbacker sortit la basse 4003 (en 1980), la 4001 était encore en production et l'est en fait restée jusqu'en 1985. On peut dès lors se demander ce qui a pu justifier l'introduction de la 4003 au vu du peu de différences existant entre ces deux basses, sur le plan visuel comme au niveau des caractéristiques sonores.

S'il faut dire toute la vérité, alors disons que la 4001 souffrait de quelques problèmes de conception, notamment concernant la cavité de réglage du truss rod au niveau de la tête. En effet, le manche étant fin, le pourtour de la cavité ne bénéficiait pas d'une quantité de bois suffisante. Du coup, la tête courait toujours le risque de se casser (nous parlons ici d'une expérience personnelle) et le manche tendait à se courber.

La 4003 a été conçue pour parer à ce déficit en proposant un manche plus consistant sur toute sa longueur. En conséquence, la prise en main s'avéra plus substantielle et légitima de ce fait sa nouvelle appelation. Rickenbacker améliora de plus le double système de truss rod et s'attaqua également à la l'électronique en remplaçant le condensateur du micro chevalet. Elle améliora encore les micros réputés pour leur chaleur, qui seront plus équilibrés que sur la 4001. Les versions suivantes inclueront un potentiomètre push/pull permettant d'activer le nouveau condensateur.

Cette basse exsude le look et le son qui font la réputation des basses Rickenbacker. Le Rick-O-Sound, qui offrait une sortie jack stéréo permettant d'assigner chaque micro à un ampli dédié, n'y était pas pour rien. Mais que ce soit en mono ou en stéréo, cette basse livrait des sons de bête à nuls autres pareils, ce qui ne l'empêchait pas d'être aussi capable de sonorités d'une grande douceur comme a su le prouver Paul McCartney.

Disponible également en versions mono sans binding 4003S, fretless 4003FL, 5-cordes sans binding 4003S/5 et 8-cordes sans binding 4003S/8, toutes les versions S étant pourvues d'incrustations en forme de point.

Révise tes classiques
Hofner President Bass 500/5
La 'Stu Sutcliffe' se joint à la liste des basses de légende



PRODUCTION : 1957 - 1979

ORIGINE : Allemagne

TYPE : Corps archtop acoustique simple pan coupé, 4 cordes

CORPS : Érable flammé avec binding sur tout le pourtour y compris sur les ouïes

MANCHE : Érable, collé, 22 frettes médium + frette zéro

DIAPASON : 760mm (30 pouces)

TOUCHE : Palissandre, incrustations blanches en forme de point

ACCASTILLAGE : Cordier Lyre chromé, chevalet ajustable en bois, mécaniques open gear de taille de mécaniques guitareavec revêtement plastique

MICROS : Deux micros Hofner de type 'Toaster'

CONTRÔLES : Deux contrôles de volume et switches en nacre pour Rhythm/Solo, Bass On/Off & Treble On/Off tous regroupés sur un même panneau de contrôle rectangulaire bordé de nacre

CARACTÉRISTIQUES : Ouïes, logo de tête Lilies en nacre, plaque de protection flottante finition 'écaille de tortue'

FINITIONS : Natural Blonde, Tobacco Sunburst

L'AVIS DE MUSICRADAR : Les premiers modèles de ces basses furent importés en Grande-Bretagne par le magasin Selmer Music alors situé sur Charing Cross Road à Londres. Ils portaient tout simplement le nom de Hofner Bass Guitar.

La marque Selmer décida vite de donner des noms à ses modèles plutôt que de continuer à les distinguer par des numéros. Répondant à la douce appellation de 500/5, ce modèle s'est vu par la suite surnommé 'la basse Stu Sutcliffe' en référence au premier bassiste des Beatles. Ce dernier avait en effet utilisé cette basse durant toute la durée de son séjour à Hambourg avec les Fab Four.

Les tout premiers modèles possédaient un corps hollowbody sans bloc central qui faisait de cette basse un instrument extrêmement léger. Le panneau de contrôles était alors de forme elliptique. Vers le milieu des années 60, la profondeur du corps s'est vue réduite et, avec son diapason écourté, la maîtrise de cette basse est devenue affaire plus qu'appréciable.

À l'origine pourvue de micros Black Bar, la President fut dotée vers 1960 de micros de style 'Toaster' eux-mêmes remplacés par des micros Type 512B à l'aube des années 70. Certaines basses furent alors équipées d'un panneau de contrôle plus large tandis que d'autres virent les potentiomètres se lover directement sur la table d'harmonie.

Le chevalet en bois de tradition Hofner était pourvu de pontets constitués de frettes métalliques. Les sonorités étaient, tout comme celles de leurs modèles hollowbody en général, pleines et grasses à souhait avec un bon répondant et une puissance de sortie savamment équilibrée sur tout le registre des cordes. La President fait maintenant partie de la nouvelle 'Contemporary Series' fabriquée en Extrême-Orient. Elle est toujours populaire parmi les bassistes.

Révise tes classiques
Music Man Cutlass Bass
La phase 'graphite' de Music Man


PRODUCTION : 1982 - 1987

ORIGINE : USA

TYPE : Solid body double pan coupé, 4-cordes active

CORPS : Aulne ou frêne

MANCHE : Graphite (fabriqué par Modulus pour Music Man), vissé, 20 frettes jumbo

DIAPASON : 864mm

TOUCHE : Palissandre avec incrustations de type 'bloc' en nacre

ACCASTILLAGE : Chromé

MICROS : Humbucker Music Man standard sur la Cutlass I ; deux humbuckers sous caches lisses sur la Cutlass II

CONTRÔLES : Volume, aigus et basses (égalisation active) - Cutlass I ; Volume, aigus et basses (égalisation active) et switch de sélection de micros - Cutlass II

CARACTÉRISTIQUES : Cutlass I : cordes traversantes ou passées par l'arrière du chevalet ; Cutlass II : installation par l'arrière du chevalet uniquement + plaque de protection, panneau de contrôles et chevalet de formes très différentes

FINITIONS : Noire, naturelle, blanche ou rouge

L'AVIS DE MUSICRADAR : À l'époque de l'apparition du manche en graphite dans les ateliers de lutherie, Music Man décida de tenter l'aventure en s'associant avec Modulus Graphite pour créer les modèles Cutlass I et II, témoins de courte durée de cette conception innovante.

Les premières versions étaient fabriquées à partir de formes de corps déjà existantes (certaines dataient de 1979) et de plaques de fixation de manche à trois vis, bien que ces plaques furent vite remplacées par des plaques rectangulaires à quatre vis. La version trois vis était équipée de cordes traversantes tandis que la version quatre vis permettait l'alimentation des cordes par le haut du chevalet.

La Cutlass I était essentiellement inspirée de la Musicman Stingray tandis que la Cutlass II était inspirée d'une Musicman Sabre, chacune empruntant le style de corps et l'accastillage distinctifs de leurs modèles. Toutefois, contrairement à la Sabre, la Cutlass II n'exposait pas les plots à pôle magnétique de ses deux micros et offrait un circuit électronique simplifié.

C'est sans doute à l'introduction du manche graphite dans la fabrication de guitares que l'on doit l'existence de la Cutlass, mais il semblerait que cette basse n'ait pas connu un grand succès au vu de sa production limitée. Ce sont cependant des instruments à part, comme nous l'explique Dave Swift (propriétaire des deux basses photographiées ci-dessus) :

"Durant les années 80, j'avais acheté une Cutlass I dans un magasin de Birmingham. D'après moi, cette basse est l'une des premières Cutlass à avoir touché le sol anglais, si ce n'est la toute première. La plupart d'entre elles étaient toutes noires mais la mienne possédait un corps en frêne de couleur naturelle. Je l'ai malheureusement vendue ! Je possède maintenant une Cutlass I et une Cutlass II de couleur noire toutes les deux, et même si ce sont aussi des objets de collection très rares, j'aurais préféré conserver ma Cutlass d'origine de couleur naturelle".

Nous tenons à remercier chaleureusement Dave Swift pour sa contribution à cet article et Lars Mullen pour les photos. Pour en savoir plus sur les basses de Révise tes classiques, rendez-vous sur l'article principal !

Révise tes classiques
Fender Jazz Bass Pre-CBS Custom Colour



PRODUCTION D'ORIGINE : 1962-1965

ORIGINE : USA

TYPE : Solidbody, Passive 4-cordes

CORPS : Frêne, double pan coupé

MANCHE : Érable, vissé, 20 frettes fines

DIAPASON : 864mm (34")

TOUCHE : Palissandre, incrustations en forme de point couleur argile

ACCASTILLAGE : Chrome, cordier de chevalet 4-pontets surélevé, deux caches / le cache de chevalet porte le 'F' de Fender stylisé, mécaniques open gear inversées

MICROS : Deux simples bobinages 8-plots

CONTRÔLES : 2 potentiomètres de volume & Master Tone

CARACTÉRISTIQUES : Potentiomètres et prise jack sur plaque en forme de cloche plaquée chrome, manche ultra mince, sonorités 'sweet spot'

FINITIONS : Custom Colours avec têtes assorties, Candy Apple Red (photo), Teal Green, Lake Placid Blue, Fiesta Red et Burgungy Mist sont un exemple des finitions disponibles populaires à l'époque

L'AVIS DE MUSICRADAR : Il s'agit de la deuxième version de la magnifique Jazz Bass. Elle apparaît ici dans toute sa splendeur Custom Colour avec tête assortie. Les finitions standard, quant à elles, s'assortissaient uniquement d'une tête en bois naturel.

Les potentiomètres concentriques à double usage qui pouvaient parfois s'avérer d'utilisation difficile ont été abandonnés au profit de ce circuit simplifié de contrôles individualisés avec une tonalité générale (le plus petit des potentiomètres). Les trois contrôles se trouvent maintenant alignés sur la plaque en forme de cloche qui accueille également la prise jack. Cette configuration a de plus permis de créer les 'sweet spots' à l'endroit où les deux micros se confondent pour se faire 'creux' et produire un son funky très agréable.

La Jazz Bass est équipée de mécaniques open gear en forme d'oreilles d'éléphant (ou 'shamrock') qui s'opèrent de manière inversée par comparaison à celles des Fender modernes. Il existe par ailleurs des modèles à mécaniques de forme ovale sympa que Fender emploiera un peu plus tard, mais qui n'obtiendront jamais de succès particulier. Nous sommes d'avis que Fender devrait les réintégrer sur le marché sous la forme d'option.

Une basse véritablement sublime toujours capable d'en remontrer à ses consœurs plus modernes.

Révise tes classiques
Burns Marquee


PRODUCTION : 2001 uniquement

ORIGINE : Grande-Bretagne

TYPE : Solid body 5 cordes à double pan coupé

CORPS : Aulne

MANCHE : Érable, vissé, 20 frettes médium

DIAPASON : 8mm

TOUCHE : Palissandre

ACCASTILLAGE : Chevalet cordier anodisé Bright Black surélevé et mécaniques Schaller Bright Black en configuration 4/1

MICROS : Humbucker splitté Burns

CONTRÔLES : Master Volume, Master Tone & Mini switch pour splitter le humbucker

CARACTÉRISTIQUES : Tête inversée Bat-Wing

FINITIONS : Noire, tête assortie

L'AVIS DE MUSICRADAR : Seconde basse en édition limitée de chez Burns fabriquée en 2001, cette basse 5-cordes possède un caractère très distinctif. Elle est modelée sur le style de la Burns Jazz Bass de 1964 qui sera, quant à elle, repensée pour devenir la Marquee Bass en 2000.

La tête renversée est une première chez Burns ; les incrustations en forme de point paraissent plutôt chétives pour la touche large ; la plaque de protection en deux parties est d'une forme peu habituelle. Le humbucker de style MM constitue cependant la surprise de taille ici. Il est connecté de manière opportune au sélecteur se trouvant entre les deux potentiomètres et permet de ce fait l'utilisation des micros en combinés ou séparément (comme si vous utilisiez deux micros simples l'un à côté de l'autre.)

Jim Burns avait la réputation de fabriquer des instruments custom uniques à la commande, des prototypes et des modèles divers. La marque Burns London propose toujours le même type d'approche si vous avez l'envie et les moyens de faire fabriquer un instrument sur mesure ou de vous procurer un modèle original.

Nous tenons à remercier chaleureusement Barry Gibson de chez Burns pour nous avoir procuré la photo et les informations ci-dessus.

Révise tes classiques
Supersound SCB
La première basse solid body britannique !


PRODUCTION : 1958

ORIGINE : Grande-Bretagne

TYPE : Solid body, pan coupé simple, 4-cordes

CORPS : Acajou

MANCHE : Collé, profil en 'V', 20 frettes gros calibre plus frette zéro

DIAPASON : 775mm

TOUCHE : Palissandre avec binding, incrustations de type block en plastique blanc

ACCASTILLAGE : Chromé, chevalet barre unique, mécaniques Framus avec boutons fantaisie et enrouleurs de cordes en os, cordier de type block avec cache en métal

MICROS : Simple bobinage Supersound Hi-Fi équipé d'un cache en plastique noir portant le nom de la marque.

CONTRÔLES : Volume & Tone

CARACTÉRISTIQUES : Chanfrein sur le corps et le dos, talon long, lisse et chanfreiné

FINITIONS : Blanche à l'origine, noire par la suite

L'AVIS DE MUSICRADAR : En 1958, Supersound décida de diversifier ses produits et d'ajouter des guitares et des basses à la panoplie de ses amplis. Pour ce faire, la marque s'adjoignit les compétences de Jim Burns (pionnier de la fabrication de guitares électriques de marque anglaise - ndj) qui concentrait alors ses efforts sur des expériences relatives à divers instruments (bien sûr, aucune guitare n'a été maltraitée durant ces tests). Cette fusion de talents fut de courte durée, mais donna naissance à la Supersound SCB, la première guitare basse solid body fabriquée en Angleterre. Accréditée par Teddy Wadmore, le bassiste d'un groupe de pop rock anglais Ted Taylor Four, elle reste un classique à part entière.

S'étant débrouillé pour emprunter une Fender Precision Bass à un militaire américain, Teddy Wadmore fut complètement ébloui par ses prestations. Il s'en alla dans la foulée chez Supersound pour la montrer à Alan Wooton et Jim Burns. Sans pour autant représenter un clone de la Fender, la SCB (Single Cutaway Bass / Basse à Simple Pan Coupé) intègre son micro au même endroit. Si c'est un instrument de de taille réduite, cette basse possède néanmoins des mécaniques de taille standard qui, afin de leur allouer suffisamment d'espace, ont été placées dans un renfoncement à l'arrière de la tête de proportions significatives.

Non seulement cet instrument se trouve être la première guitare basse solid body britannique, mais c'est également la seule basse dont on connaît l'existence qui ait conservé son intégrité originale et qui soit en parfait état d'utilisation. Elle procure toujours une sensation extraordinaire entre les mains en plus de sonner de façon sublime.

Nous tenons à remercier Guy MacKenzie de nous avoir procuré la photo ci-dessus et de nous avoir permis de jouer de cette basse dont l'importance historique n'est pas négligeable. Nos remerciements vont également à Paul Day pour avoir bien voulu nous fournir les éléments historiques requis.

Révise tes classiques
Hofner 500/1 Violin Bass
Notre photo montre la Violin Bass de 1962, la version la plus populaire de cette basse


CORPS : Table épicéa, Dos et Éclisses érable flammé, binding sur tout le pourtour

MANCHE : Érable, Manche vissé, 22 frettes fines plus frette zéro

DIAPASON : 762mm

TOUCHE : Palissandre, incrustations blanches en forme de point

ACCASTILLAGE : Cordier chrome en trapèze, Plaque de Contrôle en perloïd rectangulaire et Plaque de Protection coordonnée (souvent retirée), Chevalet palissandre doté de quatre interstices sur le dessus pour loger quatre bouts de frettes officiant en tant que pontets rudimentaires, Mécaniques open gear de taille 'petite guitare'

MICROS : Deux micros 'de base' Hofner sur cette version 1962

CONTRÔLES : Deux Potentiomètres de volume et trois curseurs

CARACTÉRISTIQUES : Le Chevalet palissandre est doté de quatre interstices sur le dessus pour loger quatre bouts de frettes officiant en tant que pontets rudimentaires, Binding de Corps et deTête sur tout le pourtour mais pas de pas de Binding de Touche

FINITIONS : Brown Sunburst

L'AVIS DE MUSICRADAR : Avant que Paul McCartney n'en fasse un instrument de légende, la Violin Bass avait déjà subi plusieurs modifications. 1961 n'était pas encore née que la plaque de contrôle avait déjà évolué de sa forme ovale d'origine à une forme rectangulaire. Les autres changements notoires concernaient alors l'addition de switchs et le remplacement des beaux micros noirs simple bobinage par ceux plus basiques que vous pouvez voir sur notre photo.

Au départ, ces deux nouveaux micros étaient placés plus près du manche, bien qu'avec un écart entre eux comme c'est le cas ici. Le nombre de frettes se limitait alors à 20, mais une version 21 frettes vit le jour plus tard, elle-même suivie de la version 22 frettes toujours en production à ce jour. Rebaptisée la 'Beatle Bass' et la 'Cavern Bass' au fil du temps, la Hofner 500/1 Violin Bass est rehaussée de doré et d'une touche ébène. Elle est même équipée d'un circuit actif ce qui, selon nous, semble pousser la perfection un peu loin. Classic is best....

Révise tes classiques
L'épopée des Ovation Magnum I et II


La Magnum I

PRODUCTION : 1974 - 1982

ORIGINE : USA

TYPE : Passive à 4 cordes, corps à double pan coupé décalé

CORPS : Acajou massif du Honduras, d'une seule pièce

MANCHE : Acajou, renforcé carbone, collé et vissé, 20 frettes jumbo ou fretless

DIAPASON : 864 mm

TOUCHE : Ébène avec vernis imitation palissandre et incrustations nacre en forme de point

ACCASTILLAGE : Chromé, chevalet cordier moulé en aluminium avec pontets en cuivre massif réglables individuellement, mécaniques semi-open gear Schaller

MICROS : Humbucker avec contrôle de volume individuel, double bobinage avec plots en forme de 'U'

CONTRÔLES : Volume et Tone pour chaque micro, switch de sélection de micro trois positions

CARACTÉRISTIQUES : Sorties jack mono et stéréo, levier de blocage des cordes, pourtour de micros en aluminium

FINITIONS : Natural, Cherry, Sunburst & Custom Colours

L'AVIS DE MUSICRADAR : Ovation sortit sa première guitare basse, la Typhoon, autour des années 1968-1969. Cette semi 'thinline' qui rappelait la Hofner Verithin eut malheureusement peu de succès auprès des musiciens.

La marque, alors déterminée à s'amender, décida de fabriquer ce qu'elle imaginait devenir la meilleure guitare basse de l'époque. Ainsi naquit la Magnum. Il est vrai que cette basse vantait des caractéristiques pour le moins inhabituelles, notamment au niveau des micros.

Les plots du micro chevalet en forme 'U', sont enroulés par paires comme pour un micro splitté, mais le humbucker chevalet quant à lui leur préfère des plots à bobinage individuel. Chaque micro possède par ailleurs son propre contrôle de volume. En résulte du coup un parfait équilibre entre la puissance amplifiée des cordes, ce qui n'est pas chose négligeable. Le chevalet permet de régler la longueur des cordes avec une grande précision ; les remplacer est donc rapide et aisé.

Afin de pouvoir pleinement mettre la stéréo à profit, la Magnum était pourvue d'un câble splitté pour la sortie jack stéréo. Cette facilité permettait d'utiliser soit les deux canaux d'un ampli basse, soit deux amplis différents pour un son et une puissance énorme. Malheureusement, malgré les sonorités extraordinaires qu'elle produisait, son look peu sexy et son poids conséquent se sont avérés deux défauts significatifs qui ont empêché cette basse d'atteindre la popularité que la marque escomptait. Ovation a par la suite sorti un modèle à double pan coupé dont la forme correspondait plus à la norme et dont le style était moins chargé. Mais cette basse de 1978 n'a pas eu meilleur succès que la Magnum et sa production été discontinuée en 1983.

Ovation Magnum II

PRODUCTION : 1974 - 1982

ORIGINE : USA

TYPE : Corps à double pan coupé décalé, active 4-cordes

CORPS : Acajou massif du Honduras, d'une seule pièce

MANCHE : Acajou, renforcée carbone, collé et vissé, 20 frettes jumbo

DIAPASON : 864 mm

TOUCHE : Ébène avec vernis imitation palissandre et incrustations nacre en forme de point

ACCASTILLAGE : Chrome, cordier en fonte avec pontets en cuivre massif réglables individuellement, mécaniques semi-open gear Schaller

MICROS : Humbucker avec contrôle de volume individuel, double bobinage avec plots de forme 'U'

CONTRÔLES : Volume et Tone pour chaque micro, switch de sélection de micro trois positions

CARACTÉRISTIQUES : Levier de blocage des cordes, encadrement de micros aluminium

FINITIONS : Natural, Sunburst, Black

L'AVIS DE MUSICRADAR : Une ruse s'il en est, ou en tout cas un moyen de doubler ses chances, Ovation décida de créer, aux côtés de cette Magnum I passive, la Magnum II, une basse active aux qualités sonores accrûes. L'EQ trois bandes de cet instrument offrait trois options : basses, 400Hz et aigus, chacune en double slider avec un réglage +/- 12dB. L'alimentation du circuit était assurée par deux piles PP9 dont le compartiment se trouvait en dessous de la plaque de protection, au niveau du pan coupé inférieur.

On accédait aux contrôles de volume individuels des plots de humbucker à l'aide d'un tournevis. Une fois le réglage effectué, l'instrument bénéficiait d'un équilibre parfait au niveau des cordes. Ce type de circuit hautement sophistiqué apportait à la Magnum II un son plus clean et plus pêchu à la fois que celui de la version passive. Très avant-gardiste, la Magnum II n'a hélas pas trouvé assez de partisans pour justifier son existence et Ovation a dû mettre un terme à sa production.

Nous tenons vivement à remercier Dave Swift qui a bien voulu mettre ses basses à notre disposition, ainsi que Lars Mullen pour les photos.

Révise tes classiques
DeArmond


PRODUCTION : 1997 à 2000 approx

ORIGINE : Corée

TYPE : Passive à double pan coupé, corps semi-hollow, 4 cordes

CORPS : Érable laminé bombé avec binding et deux ouïes

MANCHE : Collé en érable, 21 frettes jumbo

DIAPASON : 781 mm

TOUCHE : Palissandre, incrustations blanches en forme de point et binding

ACCASTILLAGE : Chromé, chevalet/cordier avec pontets individuellement ajustables, mécaniques Schaller

MICROS : Paire de humbucker DeArmond 2B fabriqués aux États-Unis

CONTRÔLES : Contrôles de volume et de Tone pour chacun des micros, switch 3 positions

CARACTÉRISTIQUES : Semi-hollow body, diapason court

FINITIONS : Crimson Red Transparent, Noire et Antique Burst

L'AVIS DE MUSICRADAR : Cette basse porte le nom exact de 'DeArmond by Guild'. Elle a été conçue pour réintroduire la Guild Starfire Bass dans une version meilleur marché suite au rachat de la marque par Fender en 1995. La Guild d'origine vit le jour en 1964 et fut discontinuée en 1977, la nouvelle génération de super bassistes ne lui trouvant plus les qualités requises.

Cette DeArmond, par contre, ressuscita l'engouement des musiciens grâce à sa qualité de fabrication et au travail de collage robuste du corps et du manche. En action, elle possède des sonorités généreuses et très pleines avec une vibe vintage des plus opportunes. Elle possède toutefois un son globalement plus brillant que la version précédente, ceci étant dû principalement à son câblage simplifié et à l'intégration de micros DeArmond USA plutôt que des micros Guild utilisés sur les instruments d'origine.

Ce qui fait de cette basse un instrument intéressant de même qu'un objet de collection est qu'elle suscita assez d'intérêt pour que Fender décide de lui emboîter le pas et sorte une nouvelle basse Starfire II sous la bannière de Guild en 1998. Et ce qui rend ce modèle curieux est le fait qu'il n'ait jamais été disponible à la vente aux Etats-Unis, alors même que les Américains montraient un enthousiasme indéniable pour des instruments dont le prix défiait toute concurrence.

Révise tes classiques
Warwick Fortress Flashback

PRODUCTION : 1996 - 1999

ORIGINE : Allemagne

TYPE : Solid body double pan coupé, passive 4-cordes,

CORPS : Frêne des marais américain

MANCHE : Vissé, en bois de Wengé (Faux Ébénier), sillet Just-A-Nut laiton, 24 frettes jumbo

DIAPASON : 864 mm

TOUCHE : En bois de Wengé, intègre uniquement des incrustations latérales en forme de point

ACCASTILLAGE : Chrome/Acier, Chevalet/Cordier stylisé avec pontets individuels réglables, mécaniques Hipshot

MICROS : de type Lipstick, micro manche MEC J et micro chevalet Double J

CONTRÔLES : Volume, Blend, Tone avec pull switch pour splitter le humbucker

CARACTERISTIQUES : Plaque de Protection Perloïd pour une vibe rétro

FINITIONS : Vernis à l'huile en finition Mexican Green, Ocean Blue, Indian Blue, Nirvana Black, Burgundy Red, Turquoise Blue et French Violet. En vernis brillant, mêmes coloris + deux coloris supplémentaires Antique Tobacco et Honey Violin

L'avis de MusicRadar : L'idée de Retour vers le Futur évoqué par le nom de cette basse et le style fifties hors du commun de ses micros et de sa plaque de protection n'ont pas empêché la marque allemande Warwick de doter la Fortress Flashback de son quotat de mises à jour lors de sa sortie en 1996.

À cette époque-là, les micros de style Danelectro Lipstick suscitaient un regain d'intérêt. Ils incitèrent sans doute Warwick à parer cette basse d'un look similaire avec l'intégration de micros MEC, une innovation qui se révéla être un succès en terme de design. Cependant, c'est la conception d'ensemble du chevalet 2-Trek qui représente ici un chef-d'oeuvre d'ingéniérie. Une bonne partie de la base du chevalet a en effet été dissimulé dans une cavité creusée à l'arrière du corps de manière à ne laisser apparaître à la surface que les quatre pontets. Ceux-ci donnent ainsi l'impression d'être quatre pièces complètement séparées. Un coup de maître !

Le bobinage du humbucker élargit considérablement le registre sonore et offre de plus un mordant supplémentaire. Quant au manche, il est étonnamment fin avec une largeur de 38 mm au sillet, ce dernier étant un modèle Just-A-Nut (propre à Warwick et devenu une référence) en laiton dont la hauteur additionnelle permet un réglage des cordes plus aisé. À l'époque, cet instrument vous en donnait certainement pour votre argent. Il était proposé dans une vaste gamme de coloris en finition vernis à huile ou brillant.

Révise tes classiques
Fender
La première basse fretless Precision de chez Fender


PRODUCTION : 1970 - 1981

ORIGINE : USA

TYPE : Solid body, double pan coupé, 4-cordes, passive

CORPS : Frêne ou aulne

MANCHE : Érable Hardrock, vissé (plaque 4 vis)

DIAPASON : 864 mm

TOUCHE : Palissandre (Érable en option), 9 marqueurs de position latéraux en forme de point au niveau des frettes principales

ACCASTILLAGE : Chevalet cordier surélevé et mécaniques open gear chromées, caches de micros et chevalet fournis

MICROS : Splittés 8-plots standards

CONTRÔLES : Volume & Tone

CARACTERISTIQUES : Réglage du truss rod situé à la jonction du manche et du corps, repose-pouce monté sur tous les modèles à partir de 1976, livrée avec cordes à filet plat

FINITIONS : Vernis Fender 'Thick Skin' brillant et 3 finitions Sunburst - Black, Natural et Butterscotch

L'AVIS DE MUSICRADAR : Les guitares basses fretless ont fait leurs débuts avec l'apparition d'un modèle fabriqué par Ampeg au milieu des années 60, mais elles n'ont eu que peu d'impact à l'origine.

Cependant, il est possible que l'innovation du musicien et chanteur canadien Rick Danko (membre du groupe The Band au début des années 70) qui modifia une Ampeg fretless en lui ajoutant des micros Fender, ait contribué à mettre cette basse en valeur et à inspirer la création de la Standard Precision Fretless.

Il faut se rappeler que le nom même de Prescision Bass conçue par Léo Fender en 1951 s'appuyait sur la présence novatrice des frettes par rapport à la contrebasse. La Fender Standard Precision Fretless est donc essentiellement, comme son nom l'indique, une basse Precision standard sans les frettes !

La touche était alors proposée dans un choix de bois de palissandre ou d'érable. Mais malgré le caractère plus sensible au toucher des basses fretless qui requièrent des caractéristiques particulières sur le plan de l'acastillage, cet instrument était doté de caches de micros et de chevalet vissés. Si vous regardez la photo de près (cliquez sur cette dernière dans le corps de l'article), vous ne manquerez pas d'apercevoir les trous des vis, de même que celles du repose-pouce.

La production de cette basse toucha à sa fin en 1981 alors que la révolution fretless était seulement à l'aube de poser ses marques. La branche japonaise de Fender créa par la suite une version plus audacieuse de la Standard Precision Fretless. Celle-ci fut baptisée la A/E Fretless Precision - ne manquez pas de lire notre article sur cette basse dans un futur proche.

Révise tes classiques
Hayman 40 40
Du perspex pour tous !


PRODUCTION : 1970 – 1973/74

ORIGINE : Angleterre

TYPE : Solid slab body, Passive 4 cordes

CORPS : Obeche (Bois massif Africain), double pan coupé

MANCHE : Erable, 20 frettes jumbo et une 'zero fret'

DIAPASON : 864mm (34-inch)

TOUCHE : Erable, binding noir très fin sur le bord

ACCASTILLAGE : Acier et Perspex, Chevalet 4 pontets solide, mécaniques shamrock open gear

MICROS : Micros Superflux double-pole staggered installés sur un système de résonance ‘vibrosonic chamber’.

CONTRÔLES : Volume et Tone plus switch 3 positions

L'avis de Musicradar : C'est en 1969 que Jim Burns et Ivor Arbiter s'associèrent pour créer la Hayman Company. Bob Pearson de Vox (designer de la gamme Phantom) se joignit à l'aventure, de même que deux anciens collègues de chez Burns, Jack Golder et Norman Holder, qui se chargèrent de réaliser le travail du bois et se penchèrent sur l'ingéniérie relative au truss rod.

Hayman créa trois styles de basse différents mais n'en réalisa qu'une seule : la 40/40. Cette basse de type poids-lourd produisait des sons qui se situaient entre les sonorités d'une P-Bass et celles d'une Rickenbacker.

Chacun des micros Superflux était doté de huit vis réglables sur les micros qui permettaient facilement de sculpter le son. Ces micros bénéficiaient de la résonance du système 'Vibrasonic chamber' (chambre à ressorts) sur lequel ils étaient fixés. La tête de cette basse est truffée de 'string trees' qui facilitent la répartition des cordes entre le sillet et les mécaniques.

Le chevalet était quant à lui un objet assez curieux, avec son support en plastique et des pontets en métal sur une plaque séparée ! Le corps de type slab body (en un seul bloc et sans chanfrein) possédait des bords arborant un très léger arrondi et la forme globale est similaire aux premières basses Wal Pro qui apparaissent un peu plus tard.

Le manche était fixé en utilisant une plaque 4 vis avec une plaque chromée séparée affichant le numéro de série. Et sachez que des modèles gaucher étaient disponibles sur commande à l'époque ! Par la suite, la compagnie prit le nom de Shergold. Après le départ de Jim Burns, elle fut controlée par Golder et Holder.

La confusion quant à la date d'arrêt de la production de cette basse tient au système utilisé pour les numéros de série qui suggère que les premières basses Hayman sont apparues en 1974 au lieu de 1970.

Un grand remerciement à Guy Mackenzie pour nous avoir laissé accéder à sa fascinante collection d'instruments.

Révise tes classiques
Harmony

PRODUCTION :1961-1969

ORIGINE: USA

TYPE: Semi-hollow thinline passive, unique pan coupé, ouïes en f, 4-cordes

CORPS :Table, dos et éclisses en érable laminé, binding de corps en celluloïd

MANCHE : Érable peint, vissé, 20 frettes médium

DIAPASON : 762 mm

TOUCHE : Ébène, incrustations en forme de point

ACCASTILLAGE : Mécaniques Waverly regroupées par paires de part et d'autre de la tête avec boutons en plastique. Sillet de chevalet simple et réglable de style acoustique en palissandre. Cordier recouvert

MICROS : DeArmond GoldenTone

CONTRÔLES : Volume, Sélecteur de boost d'aigus et de basses

CARACTERISTIQUES : Plaque de Protection Stealth Fighter Jet de couleur blanche à un pli avec repose-doigt en bois. 3 vis de fixation manche/corps, Truss Rod avec accès pour réglage à la tête

FINITIONS : Sunburst Walnut

L'AVIS DE MUSICRADAR : Cette basse au prix vraiment accessible s'est révélée très populaire dès sa sortie en 1961. Grâce à sa petite taille, elle offrait une alternative de choix à la Gibson EB2 ou à l'Epiphone Rivoli au volume plus conséquent.

De conception légère, elle envoyait du lourd en termes de son grâce à son micro DeArmond et à son switch sélecteur de boost de basses/aigus qui lui permettait de fournir un peu plus de mordant si nécessaire. Le cordier était placé très près du bord, ce qui permettait une utilisation aisée des cordes 'longscale', une caractéristique importante à cette époque où les cordes 'shortscale' ne couraient pas les rues.

Mise à l'honneur en Grande-Bretagne par Muff Winwood du Spencer Davis Group et Ronnie Lane du groupe Small Faces, elle a gagné sa place de manière légitime au palmarès des icônes des basses des '60s. En 1969, elle donnait naissance à une version H-22/1 au corps doté d'un double pan coupé. L'année 1975, quant à elle, vit la marque Harmony faire ses adieux au marché de la musique. Cependant, une réédition de cette basse a récemment vu le jour. OUtre une fabrication améliorée, cette dernière reste à un prix plutôt abordable...

Révise tes classiques
Fender Precision 1957
1957 : l'année où la Precision consolide sa réputation


ANNEE DE PRODUCTION : 1957-1981

ORIGINE : USA

TYPE : Solidbody passive, 4 cordes

CORPS : Double pan coupé, Frêne

MANCHE : Érable massif, 3 pièces, skunk stripe brun foncé qui couvre le truss rod sur toute sa longueur à l'arrière du manche

DIAPASON : 864 mm

TOUCHE : Ne comportait pas de touche distincte à l'origine, une partie du manche en érable est ornée d'incrustations noires en forme de point . Sur les modèles dont la touche est en palissandre, les incrustations étaient blanches

ACCASTILLAGE : Chromé, chevalet 4 pontets, mécaniques open gear à rotation inversée

MICROS : micro Fender splitté 8 plots

CONTRÔLES : Volume & Tone

CARACTERISTIQUES : Plaque de protection en métal anodisé intégrant le micro, contrôles et entrée jack, cache chevalet et micro chromés, repose-pouce à deux vis

FINITIONS : Sunburst, Black, Antique Withe et Custom Colours

L'AVIS DE MUSICRADAR : Cette réédition de la Precision Bass était la troisième du genre en six ans d'existence. Mais cette fois, c'était la bonne puisque la production de cette ligne de basse est en essence la même que celle vendue par Fender aujourd'hui.

Une partie des caractéristiques de cette basse telle qu'elle est aujourd'hui date de la période de transition de la P-Bass, à l'époque où la première vague de modifications apportées à cet instrument avait innové en introduisant le concept de chanfrein. La forme de la tête, quant à elle, adopte maintenant la silhouette de la Strat, une modification qui tend à éviter de reproduire le problème initial de dead spot (perte de sustain) sur la corde aigüe.

En plus du fantastique micro splitté qui permettait un réglage plus précis et un meilleur équilibre du son, on trouvait un chevalet quatre pontets et une plaque de protection anodisée qui aidait à contrôler les interférences de l'électronique. En 1959, ce sont les plaques de protection stratifiées blanches/écaille de tortue qui virent le jour. Toujours dans le but de limiter les interférences, une plaque de métal vient alors se greffer en dessous des nouvelles plaques de protection.

Le manche en érable massif fut remplacé par une touche palissandre en 1959, bien que la touche érable redevint une option disponible aux alentours de 1967. Une version fretless fut introduite en 1970 qui proposait un choix de manche érable ou palissandre. La Precision Bass a aussi connu des éditions spéciales comme la Slab Body, que l'on retrouve dans cette gamme, ou l'Antigua Precision dont la finition possède un caractère très distinctif. Quelle que soit votre P-Bass de prédilection, cette réédition représente vraiment l'accomplissment de cette basse de légende.

Révise tes classiques
Bullet
Diapason court et forme parfaite

PRODUCTION : 1982 - 1983

ORIGINE : USA

TYPE: Solid body 4 cordes à diapason court, offset double cutaway

BODY: Aulne

MANCHE : Érable, vissé, 19 frettes medium, liserai central tout au long de l'arrière du manche

DIAPASON : 813 mm

TOUCHE : Érable, incrustations en forme de points de couleur noire

ACCASTILLAGE : Chromé, chevalet fixe à 4 pontets, mécaniques open gear classiques

MICROS : Micros splittés

CONTRÔLES: Volume & Tone couleur crème imitation potards d'ampli (non-skirted)

CARACTÉRISTIQUES : Tête de style basse Telecaster, F de Fender sur la plaque du manche, le décalco de la marque sur la tête intègre une étoile dérrière le 'B' du nom 'Bullet’.

FINITIONS : Ivory, Red, Tobacco Sunburst, Walnut & Custom Colours

L'AVIS DE MUSICRADAR : Toujours avide de proposer des modèles au diapason court au sein de sa gamme de basses, Fender lança la Bullet en 1982. Avec sa tête de style Tele, la Bullet apparaît mieux proportionnée que les basses Mustang et Musicmaster qui lui ont précédé.

Comme le veut la tradition de la maison Fender, la marque utilise des composantes que l'on trouvait précédemment sur d'autres modèles, comme le micro splitté de taille réduite Mustang et une paire de potards d'ampli cylindriques (type 'non skirted'). Sa plaque de protection blanche a un pli est de style P-Bass et lui donne vraiment l'apparence d'une Fender authentique. On peut le dire, elle a le look la cocotte !

À l'époque, la Bullet était disponible dans deux autres versions : la B34 de taille standard et la B40, un modèle à 20 frettes.

Révise tes classiques
Gibson Victory


PRODUCTION : 1981 - 1987

ORIGINE : USA

TYPE : Solidbody, double pan coupé, 4-cordes

CORPS : Érable

MANCHE : Érable laminé dur, vissé, 24 frettes fines (dont 21 standard)

DIAPASON : 876 mm (34,5 pouces)

TOUCHE : Palissandre, forme un angle pour rejoindre la plaque de protection, Incrustations relief en forme de pois

ACCASTILLAGE : Chromé, Chevalet Gibson TR-4 type ‘wedge’, Mécaniques basse open gear Gotoh avec logo Gibson

MICROS : Humbucker Gibson VIIIB

CONTRÔLES : Volume & Tone, Switch serie/parallèle

CARACTERISTIQUES : Plaque de protection noire, Dessus de Tête noir, Pan coupés chanfreinés, Attache-courroie Gibson ‘Diamant’, Étui rigide Gibson inclus dans le prix

FINITIONS : White, Silver, Antique Gold, Fireburst, Ebony & Cardinal Red

L'AVIS DE MUSICRADAR : La Victory Bass, conçue par l'équipe de Recherche et Développement de Gibson dirigée par Chuck Burge et Tim Shaw, était en fait une nouvelle tentative destinée à surpasser la toute-puissante Precision de Fender.

En effet, l'idée de départ était de donner à la Victory une expérience de jeu et une sensation générale identiques à celles de la P-Bass. Deux éléments la différenciaient toutefois de cette dernière : ses pans coupés étaient plus profonds et sa touche arborait 24 frettes.

Le chevalet de type 'wedge' (surélevé et en biseau) est de conception robuste, proposant des possibilités de réglage limitées mais néanmoins acceptables. Le système de câblage était de type passif, bien que les instruments Victory qui ont suivi intégraient quant à eux un système actif.

La majorité de ces Victory Bass étaient équipées de cordes à filetage plat qui rendaient un son sourd monstrueux. Par contre, son poids d'ensemble, un point faible chez Gibson en général, ne l'empêche pas de redevenir populaire aujourd'hui grâce à une capacité d'accordage dans les graves qui lui confère un certain succès.

L'avis de MusicRadar : La Victory Bass, conçue par l'équipe de Recherche et Développement de Gibson dirigée par Chuck Burge et Tim Shaw, était en fait une nouvelle tentative destinée à surpasser la toute-puissante Precision de Fender.

En effet, l'idée de départ était de donner à la Victory une expérience de jeu et une sensation générale identiques à celles de la P-Bass. Deux éléments la différenciaient toutefois de cette dernière : ses pans coupés étaient plus profonds et le manche recevait 24 cases.

Le chevalet de type 'wedge' (surélevé et en biseau) est de conception robuste, proposant des possibilités de réglage limitées mais néanmoins acceptables. Le système de câblage était de type passif, bien que les instruments Victory qui ont suivi intégraient quant à eux un système actif.

La majorité de ces Victory Bass étaient équipées de cordes à filet plat qui rendaient un son sourd monstrueux. Par contre, son poids d'ensemble, un point faible chez Gibson en général, ne l'empêche pas de redevenir populaire aujourd'hui grâce à une capacité d'accordage dans les graves qui lui confère un certain succès.

Révise tes classiques
Yamaha SB55
Elle impose le respect


PRODUCTION : 1973-1976

ORIGINE : Japon

TYPE : Solid body, double pan coupé, 4-cordes

CORPS : Nato

MANCHE : Érable, vissé, 20 frettes

DIAPASON : 857 mm (33,75 pouces)

TOUCHE : Palissandre légèrement bombé, incrustations de type point (couleur blanche)

ACCASTILLAGE : Chrome, chevalet, mécaniques open gear alignées

MICROS : paire de micros simples J-type

CONTRÔLES : Deux Volume & un master Tone

CARACTERISTIQUES : Cache de chevalet au logo Yamaha, tête 'inversée', plaque de protection écaille de tortue, potentiomètres imitant le style des potentiomètres d'ampli

FINITIONS : Natural & Sunburst

L'AVIS DE MUSICRADAR : La SB55 est la première des basses Yamaha à avoir adopté une forme plus conventionnelle, se démarquant par la forme de crochet de sa corne qui deviendra en quelque sorte sa marque de fabrique.

En plus des micros J-Type et du cablâge assimilé, la SB55 proposait un manche légèrement bombé au profil mince typique du style jazz. Il en émanait un son clair et clean qui était même perceptible en jeu acoustique grâce à son corps en Nato.

Yamaha proposait également une version 'deluxe' à cette époque, la SB75, qui était pourvue d'une touche en ébène légèrement bombée avec des incrustations chevron block. Ces basses ont représenté un moment décisif pour la marque. Avec le modèle haut-de-gamme de la série SB, la SB1200S, elles ont posé les jalons de la réputation de Yamaha qui, avec l'avènement de la toute puissante BB, obtint enfin le respect dû à un fabricant de guitares basses des plus sérieux.

Révise tes classiques
Hartke XK-4
Sa majesté du métal


PRODUCTION : 1999 – 2004 approximativement

ORIGINE : CORÉE

TYPE : Basse active solid body à double pan coupé, manche vissé, 4-cordes

CORPS : Peuplier

MANCHE : T-Bar Vaccaro en aluminium recouverte d'Érable

DIAPASON : 864 mm

TOUCHE : Palissandre avec 20 frettes médium en nickel et argent, incrustation des repères en forme de point sur la partie latérale

ACCASTILLAGE : Chevalet et mécaniques Schaller 2000

MICROS : Passifs P/J

CONTROLES : Contrôles individuels de volume, potentiomètre concentrique de l'égaliseur (1ère bague basse, deuxième bague treble)

CARACTÉRISTIQUES : Manche Vaccaro, Plaque de Protection en Aluminium Broché, Super Sustain, Circuit 9 volts

FINITIONS : Black, Metallic Purple Sparkle

L'AVIS DE MUSICRADAR : La XK-4, fabriquée en Corée, constitue une alternative meilleur marché de la XL-4 qui a, quant à elle, été fabriquée aux Etats-Unis, dans le New Jersey.

Les basses au manche en métal ont toujours suscité l'intérêt des bassistes grâce à la propension naturelle de ce matériau à assurer une stabilité de longue durée aux instruments. Cependant, la nature même du métal, à l'origine froide au toucher, possède également cette capacité à absorber progressivement la chaleur, altérant par là même ses dimensions. Ces altérations peuvent quelquefois provoquer un effet néfaste sur l'accordage.

Larry Hartke était conscient de ces inconvénients quand il a conçu la XK-4 et il a eu la merveilleuse idée de recouvrir le manche en aluminium de bois d'érable. Du coup, bien que la construction en aluminium de la T-bar, soudée à la tête plaquée chrome soit une conception plutôt innovante, la sensation demeure très classique. Notons également que ce manche tient très bien en main, un gros plus pour le confort de jeu.

Voilà donc un instrument dont le manche est de fabrication particulièrement robuste, dont la tête affiche un look futuriste, mais qui dégage une sensation purement classique (sans compter un sustain de niveau supérieur, un bonus que les fabricants tiennent à mettre en avant). Bien que les micros de cette basse soient passifs, l'égaliseur 2 bandes actif apporte beaucoup de pêche au son.

Le chevalet chrome Schaller, solide et de bonne taille, forme un équilibre parfait avec le style de la tête. Il existe aussi une version 5-cordes avec une paire de micros J-type.

Révise tes classiques
Vigier Passion Custom III 5-cordes
Rouge passion


'Révise tes classiques' vous propose de découvrir ou de redécouvrir des basses de légende de tout horizon que tout bassiste devrait connaître. Cette semaine on vous présente la Vigier Passion Custom III 5-cordes.

La qualité de fabrication des basses Vigier est toujours excellente. Qui plus est, la marque propose souvent un vaste choix de coloris, des versions 4 ou 5-cordes et une version fretless (avec touche en métal Delta) ainsi que des modèles standard ou customisés.

Cette Passion III de 1996 ne fait pas l'exception. La structure de son manche traversant est renforcée par deux pièces en graphite passant directement dans le corps de la guitare. Le design en biseau du chevalet privilégie un accordage de grande précision de même qu'une action faible. Le son est plein et chaud mais possède également la capacité d'être mordant et grondant grâce à la sensibilité du câblage.

La légèreté de son corps asymétrique et compact lui confère un bon confort de jeu, notamment dans le cas de la 5-cordes. Cette basse, dont la production est toujours d'actualité, est un véritable must : jouer de la Passion et mourir.

Consultez le test complet de la Vigier Passion Custom III 5-cordes ici

Share this Article
Google+

Most Popular

Edition: FR
TopView classic version