L'Histoire De La Basse Electrique /1 : Aux Tout Débuts

24th Oct 2011 | 05:44

Premier Episode: L'évolution de l'instrument depuis les années 1930 jusqu'aux années 1950

BASS EXPO Jouer de la basse à l'époque devait être un vrai cauchemar! Une résonance faible et le besoin impérieux d'un volume audible se traduisaient par l'utilisation d'instruments comme la Mandobass (genre de mandoline) et la Bassoguitar Regal, un monstre hybride entre une guitare acoustique et une contrebasse.

La basse à résonateur Dobro, quant à elle, était heureusement un peu plus petite par comparaison, mais toujours encombrante. Du coup, on comprend sans problème pourquoi la contrebasse telle qu'on la connaît aujourd'hui était alors l'instrument privilégié de la première moitié du XXème siècle.

La basse fut véritablement révolutionnée avec l'apparition de l'électronique et du système d'amplification et pour trouver les exemples les plus anciens de cette transformation, il faut se tourner vers la Basse de Viole Electrique Vega des années 1930, la Contrebasse Electrique de Regal de 1936 et la Basse de Viole Electrique de Rickenbacker autour la même période.

Elles constituaient essentiellement la partie centrale d'une contrebasse, depuis la tête jusqu'au bouton de sangle, ce qui explique assez clairement d'où provient la forme des contrebasses électriques des années 90!

La Mandobasse de Gibson : encombrante

Chacune d'entre elles était équipée d'un ampli, mais la Rickenbacker était assez étrange : équipée du micro magnétique classique de style fer à cheval, son bouton de sangle était doté d'une prise jack et le tout pouvait se brancher directement sur le dessus de l'ampli, rendant ainsi l'utilisation d'un câble obsolète.

Progrès et révolution

En 1938, Gibson fit avancer un peu les choses avec sa Guitare Basse Electrique avec un hollow body mais qui restait un instrument vertical malgré le nom encourageant qu'il lui avait été attribué.

C'était un instrument qui mesurait 1,50 m, et qui était très similaire à une guitare basse archtop équipée de deux micros magnétiques et de deux potentiomètres mais qui était toujours muni d'un bouton de sangle. En fait, Wally Kamin en jouait à l'époque où il était le bassiste du Les Paul Trio, mais il n'y en a pas eu beaucoup de fabriquées.

La véritable naissance de la guitare basse et du jeu de basse qu'on connait aujourd'hui remontent vraiment dans les années 50 avec l'apparition de la Precision Bass à la fin de l'année 1951. Leo Fender a toujours ressenti une affinité envers les joueurs de basse qui avaient du mal à se faire entendre au sein du groupe ou de l'orchestre auquel ils appartenaient.

Se traîner une contrebasse sur le dos était pour le moins encombrant, et la Precision Bass de Leo Fender s'est révélée être un cadeau du ciel pour les joueurs de l'époque. Plusieurs tentatives avaient été réalisées auparavant, mais l'instrument de Leo fut celui qui réussit à définir le look, l'échelle de longueur et le côté pratique jusque là inconnus.

La Contrebasse Electrique de Regal : ce n'est pas encore ça

Leo était fan de musique country et espérait que la basse recevrait le même accueil dans ce domaine musical que celui reçu par Esquire/Telecaster. Effectivement, Joel Price sauta sur la Precision Bass dès l'arrivée de cette dernière à Nashville et s'empressa de l'utiliser pour jouer au Grand Ole Opry en 1952.

Mais, plutôt surprenant, c'est la scène du jazz qui adopta définitivement cet instrument. Afin de promouvoir son invention, Leo faisait la tournée des concerts et des nightclubs pour procéder à la démonstration de son instrument et rencontra l'orchestre de Lionel Hampton à New York.

Non, ce n'est pas un aspirateur. C'est la basse de viole de Rickenbacker

Le bassiste Roy Johnson essaya la Precision et Lionel et tomba complètement amoureux du son. Leo la leur offrit, ainsi que l'ampli Bassman, en pensant que ça lui ferait une super publicité pour Fender. Quand Roy quitta l'orchestre, il fut remplacé par Monk Montgomery (le frère de Wes, le guitariste) à qui on demanda de jouer de la Precision.

En tant que joueur de contrebasse très respecté, Monk fut horrifié. Hampton insista néanmoins, le son de basse plus puissant étant devenu la marque emblématique de l'orchestre.

Les bassistes traditionnels, qui la considéraient comme une menace, la baptisèrent 'l'instrument bâtard', mais Monk la prit bien en main et se fit vite une réputation d'excellent joueur.

La Guitare Basse Electrique de 1938 de Gibson était encore un instrument joué à la verticale

L'évolution gagnait maintenant en vitesse et l'instrument bâtard n'était pas prêt de disparaître de la scène musicale. Un autre adepte de cet instrument fut Shifty Henry, un joueur de jump jazz pour Louis Jordan & His Tympany Five.

Son plus grand exploit réside sans doute dans le fait qu'il fut mentionné dans les paroles de Jailhouse Rock d'Elvis Presley -'Shifty Henry said to Bugs for heaven's sake'-. Pour cette chanson, le bassiste d'Elvis, Bill Black, s'était mis à la Precision, et le rock 'n' roll trouva alors une nouvelle voix.

Toutefois, Fender n'obtint pas l'exclusivité. La popularité de Ricky Nelson avait commencé à émerger, et même Elvis le considérait comme menace potentielle. Pour leurs enregistrements, le bassiste de Ricky utilisait un instrument joué debout, mais en tournée il utilisait une Rickenbacker. Mais ça c'est une autre histoire…

Share this Article
Google+

Most Popular

Edition: FR
TopView classic version