Billy Sheehan nous parle de The Winery Dogs et de ses 10 meilleurs projets musicaux

25th Oct 2013 | 16:11

Billy Sheehan nous parle de The Winery Dogs et de ses 10 meilleurs projets musicaux
Intro

Billy Sheehan a trainé sa basse sur des centaines de disques. Toutes ces expériences accumulées auprès des plus grands musiciens de la planète, de Paul Gilbert à Dennis Chambers ne lui ont pas pour autant fait oublié la musique qu'il aime : le rock n' roll ! Aux côtés de Mike Portnoy (ex-Dream Theater, Adrenaline Mob) et Richie Kotzen, il a formé son nouveau groupe The Winery Dogs. Avec cet album, Billy nous prouve que la jeunesse est éternelle !

Tu as, tout au long de ta carrière, collaboré avec énormément de musiciens, que ce soient des batteurs, des guitaristes... Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que tu croises le chemin de Mike Portnoy et de Richie Kotzen. Comment avez-vous imaginé le projet Winery Dogs ensemble ?

Mike et moi avons la même vision de la musique, on arrive à jouer exactement la même chose sans s'être concerté. On se regarde sur scène parfois et on est étonné de voir qu'il y a une telle alchimie de nos jeux respectifs. Un musicien qui avait assuré l'une de nos premières parties nous a demandé si l'on avait tout préparé à l'avance parce que tout semble tellement travaillé. En fait ce n'est pas le cas, c'est seulement de l'improvisation. En ce qui concerne Richie, j'ai joué avec lui avant Mr.Big, pendant Mr.Big et après Mr.Big. Ce n'est pas seulement un ami, c'est un guitariste extrêmement talentueux avec qui j'adore jouer. Il a vraiment un style unique à la guitare qui permet au son de The Winery Dogs de vraiment se dissocier des autres groupes. Il a joué dans un groupe avec Stanley Clark (sur l'album Vertù avec Larry White à la batterie, ndj) et il faut avoir un sacré niveau pour jouer avec Stanley ! Je pense qu'il a beaucoup appris à cette période et qu'il a réussi à intégrer des éléments du jeu de Stanley. Lorsque l'on joue ensemble, j'entends quelques motifs jazz ici et là. Mike de son côté est très agressif à la batterie, et j'adore ça.

Aviez-vous depuis longtemps cette idée de monter un groupe ensemble ?

Non, je me suis simplement retrouvé à jouer avec Mike puis on s'est mis à la recherche d'un guitariste. Richie était la personne la mieux placée. Ce groupe est un peu à l'image de ma vie; je n'aime pas planifier trop les choses. Je me plonge dans un projet et je vois ensuite ce qui se passe. Au final, on a réussi à faire un album qui sonne de manière très naturelle.

En écoutant l'album, on ne s'attendait pas à un tel son. C'est très rock n' roll.

En fait, Mike a réellement commencé sa carrière en jouant du rock. Il est ensuite passé par le progressif. De mon côté, j'ai joué dans un groupe qui s'appelait Niacin et l'on faisait un mélange de blues et de jazz. Tous les musiciens essaient de s'attaquer à des genres plus complexes durant leur carrière, mais ont tous les mêmes bases que sont les Who, Led Zepellin, les Bealtes... Mike a joué tellement longtemps du progressif qu'il voulait vraiment revenir à ces fondamentaux. Idem pour moi. J'aime jouer des trucs compliqués, mais ce qui est simple est beau. Quand je suis chez moi un samedi soir, je ne vais pas écouter un disque trop difficile d'accès. J'écoute du Humble Pie, Bad Company... Richie a joué dans des groupes comme Poison par exemple et il revient au rock aussi.

C'est peut-être un moyen de prendre du plaisir plus rapidement et de s'éclater entre potes...

Oui, c'est clairement l'idée. Quand on joue, c'est comme une émeute. Et les encouragements que l'on reçoit du public sont merveilleux. Nos prochains concerts sont complets. On est très fiers.

De gauche à droite : Billy Sheehan, Mike Portnoy et Richie Kotzen

Lorsque tu joues avec Paul Gilbert, il y a un certaine fusion et vous jouez souvent des plans harmonisés. Tu fais la même chose avec Richie. Est-ce une marque de fabrique de ton jeu ?

Pas vraiment. Ça arrive toujours lorsque je joue avec un guitariste. On peut jouer chacun sa partie, la même, ou faire un jeu de questions/réponses. Dans la plupart des chansons que l'on peut entendre, les musiciens jouent souvent à l'unisson. Au début de ma carrière, j'ai essayé d'étendre au maximum mes aptitudes sur l'instrument. Les guitaristes avec qui je jouais me demandaient de jouer la même phrase qu'eux et je le faisais naturellement. Jouer à l'unisson de cette façon fonctionne très bien, mais ce que j'aime avec The Winery Dogs, c'est que l'on joue en contrepoint (superposition de deux lignes mélodiques différentes,ndj). Si l'on joue deux notes, il y a toujours une notes qui sert de liant. C'est cette troisième note magique qui permet de créer une deuxième ligne mélodique.

Ton son est également un signe distinctif. Peux-tu nous parler de ta pédale signature de chez EBS qui te permet de splitter le signal de ta Yamaha dans deux amplis.

J'utilise cette méthode depuis les années 70. J'aime le son avec disto de la basse. Le problème qui arrive lorsque l'on injecte de la distortion, c'est qu'on perd les basses! C'est pour cela que j'ai depuis plusieurs années deux amplis. La pédale permet d'avoir le son séparé sur un seul ampli ! J'utilise toujours deux amplis sur scène, mais cette pédale permet de conserver un très beau son de basse dans lequel est mélangé le signal traité avec la distorsion. Cette pédale reçoit un accueil d'enfer auprès de la communauté des bassistes. Je crois même qu'elle est la meilleure vente des pédales EBS. Peu importe le nombre de ventes pour moi, l'important est qu'elle soit utile aux bassistes et ça semble être le cas.

Le nom de Winery Dogs est souvent associé au terme "Supergroupe". Penses-tu faire partie de cette catégorie au même titre que Chickenfoot ou Black Country Communion ?

Nous sommes justes des potes qui jouent ensemble. Certaines personnes nous apposent ce terme, dans ce cas merci. Mais nous nous considérons plutôt comme un simple groupe, car dans un "Supergroup", chaque musicien conserve sa propre signature sonore. Avec Winery Dogs, nous gardons l'esprit d'un groupe qui joue ensemble. Mon "supergroupe" préféré était Blind Faith, c'est dommage qu'ils ne soient pas restés ensemble.

Aviez-vous déjà des titres finalisés ou avez-vous tout composé en répétition ?

On s'est rejoint dans une pièce et on a joué ! Mike nous jouait quelques rythmes sur son tout petit kit de batterie, j'ajoutais une ligne de basse et Richie envoyait ses plans. Le kit de Mike était vraiment très limité, mais ça lui a permis de se concentrer sur la chanson plutôt que sur les parties de batterie. C'était pareil pour moi, je répétais sur un tout petit ampli. Peu importe le son, il fallait simplement rester fixé sur notre seul objectif, celui de créer des chansons. Dès le premier jour, nous avions déjà 5 titres quasiment terminés. Richie avait quelques chansons à lui qu'il nous a proposées, Mike a écrit les paroles d'une chanson. Nous n'avions pas de producteur; seulement nous trois dans le studio. On a tous les trois enregistré plusieurs albums, alors on commence à être rôdé.

Combien de temps a-t-il fallu pour finaliser le projet ?

Trois voire quatre semaines au maximum. La phase de mixage ne nous a pris que 4 ou 5 jours.

En effet, cela s'est déroulé très rapidement !

J'aime quand ça se passe ainsi. On garde l'urgence de créer quelque chose de spontané. C'est aussi parce qu'on vient tous les trois de la côte Est. À Los Angeles, ils sont trop détendus !

Il y a aussi la sortie de l'album Live In Tokyo où tu joues auprès de Derek Sherinian, Mike Portnoy et Tony McAlpine. Quel est cet autre projet auquel tu participes ?

Il y a deux ans, au Namm de Los Angeles (le plus grand salon de la musique au monde, ndj), Sabian a organisé une soirée spéciale. Mike m'a invité, il y avait aussi Tony McAlpine. On a répété pour ça et on a pris du plaisir tous ensemble. Derek a eu l'idée de prolonger l'expérience et en quelques semaines, on avait une tournée mondiale de programmée. C'était fou !

Billy Sheehan nous parle de The Winery Dogs et de ses 10 meilleurs projets musicaux
The Winery Dogs

Je mettrais les Winery Dogs en numéro 1. Notre disque est une très belle fierté. Tout est dit dans l'interview !

Billy Sheehan nous parle de The Winery Dogs et de ses 10 meilleurs projets musicaux
Eat Em' And Smile avec David Lee Roth

J'ai reçu un jour, alors que j'habitais à Buffalo (New York), un appel de David Lee Roth. Il m'a demandé de venir à Los Angeles. On a alors monté un groupe. Il venait de quitter Van Halen et j'ai été le premier musicien qu'il a appelé. Ce groupe a changé nos vies. Le reste appartient désormais à l'histoire (rires) !

Billy Sheehan nous parle de The Winery Dogs et de ses 10 meilleurs projets musicaux
Lean Into It de Mr. Big

Sur notre deuxième album, on a eu un énorme succès grâce au titre To Be With You. Avoir un single qui se place en tête des ventes, ça change véritablement ta vie. On était alors invité dans toutes les émissions de télévision, à la radio. On est resté très longtemps numéro 1 dans 40 pays différents, on a obtenu un prix pour la meilleure vidéo réalisée. À ce moment, j'ai pris conscience que j'avais réussi à créer quelque chose, car Mr. Big était vraiment mon groupe au contraire de celui monté avec David Lee Roth.

Billy Sheehan nous parle de The Winery Dogs et de ses 10 meilleurs projets musicaux
Niacin

Le nouvel album s'appelle Krush. Avant, nous avions sorti Organik. C'est un groupe dans lequel j'ai pu jouer avec Dennis Chambers. Il est certainement l'un des plus grands musiciens que je connaisse; il a changé ma vision de la basse. J'avais tellement l'habitude de jouer avec des batteurs de rock. Grâce à lui, j'ai pu m'améliorer dans certains domaines.

Billy Sheehan nous parle de The Winery Dogs et de ses 10 meilleurs projets musicaux
Real Illustions de Steve Vai

J'ai joué sur un album de Steve Vai qui s'intitule Real Illusions. On avait déjà bossé ensemble sur l'album Eat Em' And Smile de David Lee Roth. C'est un frère aujourd'hui pour moi. J'adore être avec lui pour jouer, parler, trainer. Steve Vai est l'un des meilleurs gratteux de la planète.

Billy Sheehan nous parle de The Winery Dogs et de ses 10 meilleurs projets musicaux
Edge Of Insanity avec Tony McAlpine

Le premier disque que j'ai fait avec lui était Edge Of Insanity (en 1985, ndj). Steve Smith qui venait de quitter Journey est également présent sur cet album. Même si c'est un monstre de technique, il a toujours conservé son sens de la chanson, un héritage du groupe dans lequel il était forcément. C'est aussi pour cette raison qu'Edge Of Insanity est un album très musical dans l'ensemble. On a même l'impression que chacune des chansons a été composée pour un film ou pour illustrer une série TV.

Billy Sheehan nous parle de The Winery Dogs et de ses 10 meilleurs projets musicaux
Talas

On s'est récemment retrouvé pour un nouvel album. On l'a appelé If We Only Knew Then What We Know Now. Et c'est une affirmation tellement vraie. Si j'avais eu connaissance à l'époque de tout ce que je sais aujourd'hui, il y a des chances pour les choses se soient passées différemment. On a joué devant plus de 15,000 personnes près de Buffalo.

Billy Sheehan nous parle de The Winery Dogs et de ses 10 meilleurs projets musicaux
The B'Z

J'ai joué avec ce groupe. Ce groupe vend plus de Cds que Madonna ! Tu ne peux même pas imaginer à quel point c'est un groupe énorme au Japon. J'ai joué sur l'un de leurs singles (Chop, ndj). Celui-ci s'est vendu à 3 millions d'exemplaires... en un jour !

Billy Sheehan nous parle de The Winery Dogs et de ses 10 meilleurs projets musicaux
Live At The Astoria avec Steve Vai

Ça s'est déroulé avant l'enregistrement de Real Illusions dont je parlais juste avant. J'ai eu un boulot dingue pour apprendre le répertoire, car il y avait plus de deux heures de show. Lorsque l'on a enregistré ce DVD, il faut savoir que nous avions déjà un show entier dans les pattes pour les répétitions.

Billy Sheehan nous parle de The Winery Dogs et de ses 10 meilleurs projets musicaux
Son album solo Holy Cow

Je finis de manière un peu narcissique certes, mais je le cite, car Doug Pinnick du groupe King's X chante sur l'une des chansons. J'adore King's X. Paul Gilbert est venu poser un solo incroyable sur un autre titre. Et j'ai eu l'immense privilège d'avoir Billy Gibbons de ZZ Top sur un autre titre.

Share this Article
Google+
Edition: FR
TopView classic version